Un Noël eco-responsable au pied du sapin

  • Publié le: vendredi 22 décembre 2017

Alors que la saison des fêtes bat son plein partout dans le monde, des chercheurs canadiens ont eu l’idée de se pencher sur le bilan carbone des sapins de Noël. Vaut-il mieux choisir un vrai sapin ou un sapin en plastique ? La réponse des scientifiques est sans appel.

Même à Noël, le développement durable ne prend pas de vacances. Des chercheurs canadiens ont voulu comparer le bilan carbone des sapins naturels avec leurs homologues de synthèse afin d’aider les consommateurs à faire un choix eco-responsable. Selon les résultats de leur étude comparative, l’avantage est clairement pour le sapin naturel. En ce qui concerne le sapin en plastique, les chercheurs ont évalué qu’il émettait 2,5 fois plus d’émissions carbone qu’un sapin naturel abattu en forêt. Un mauvais score qui s’explique par le fait que la majorité des sapins synthétiques sont fabriqués en Chine. Pour que ce bilan carbone soit « rentable », il faudrait garder le sapin chez soi pendant au moins vingt ans.

Bonne nouvelle pour le bilan carbone tricolore : les consommateurs français sont assez peu friands de sapins artificiels. En 2016, ils n’étaient que 15% à avoir opté pour un sapin en plastique. Mieux : les français privilégient majoritairement des sapins issus de la production locale : 80% des sapins vendus ont grandi et ont été élevés en France.  Très écolos, les français sont aussi très nombreux à recycler leur sapin : trois français sur quatre le compostent ou le replantent après la période des fêtes. Le sapin naturel français a donc encore de beaux jours devant lui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement