Le secteur médico-social en crise : entre manque de moyens et difficultés de recrutement

  • Publié le: vendredi 27 octobre 2023

Alors que le secteur médico-social est au cœur de la cohésion sociale française, il semble aujourd’hui être à bout de souffle. Entre des employeurs qui se sentent contraints de « mendier » leur budget et une concurrence accrue sur le marché de l’emploi, la situation est alarmante.

Le 24 octobre dernier, un événement inédit s’est produit devant l’hôtel de Matignon : des employeurs du secteur médico-social ont manifesté leur désarroi face à un manque criant de moyens. Regroupés au sein de Nexem, principale organisation professionnelle du secteur, ils ont interpellé les pouvoirs publics sur cette précarité grandissante. Nexem, qui représente 11 000 établissements et plus de 330 000 employés, est un acteur majeur de la prise en charge des personnes vulnérables en France. Ces établissements, financés principalement par des aides publiques, voient leurs dotations stagner, voire diminuer, malgré une demande croissante. La ville de Paris, par exemple, a réduit de 2% le budget alloué au secteur pour 2023.

Medico-social en crise

Outre le manque de financement, le secteur médico-social est confronté à une autre problématique majeure : le recrutement. Avec près de 50 000 postes vacants et 200 000 salariés sur le point de prendre leur retraite dans la prochaine décennie, la tension est palpable. Les salaires, inférieurs de 25% à la moyenne nationale, et une convention collective débutant sous le SMIC, rendent le secteur moins attractif. Alain Raoul, le Président de Nexem, rappelle qu’il y a une dizaine d’années, un éducateur débutait sa carrière avec un salaire équivalent à 1,6 SMIC, tandis qu’aujourd’hui, il peine à dépasser le salaire minimum.

Cette situation est d’autant plus préoccupante que le secteur associatif subit une concurrence accrue des établissements publics, où les salaires sont plus élevés. Par exemple, les infirmières hospitalières bénéficient d’une augmentation salariale pour le travail de nuit, une revalorisation dont ne profitent pas leurs homologues dans le secteur médico-social.

Face à cette crise, les acteurs du secteur médico-social appellent à une prise de conscience collective. Pour Alain Raoul, le grand public ne mesure pas l’importance de ces professionnels dans la société. Leur rôle reste souvent méconnu, sauf pour ceux directement concernés par la prise en charge d’un proche en situation de dépendance.

Dans une tribune publiée au mois de septembre, Jean-Christophe Amarantinis, président du SYNERPA, souligne également l’urgence d’une action concrète. Alors que l’exécutif a annoncé un « choc d’attractivité » de 1,1 milliard d’euros pour l’hôpital public, le secteur médico-social semble être laissé pour compte. Cette décision risque d’exacerber les difficultés de recrutement, les établissements médico-sociaux étant en concurrence directe avec le secteur hospitalier pour attirer les talents.

Le secteur médico-social, pilier de la cohésion sociale française, est aujourd’hui à un tournant. Entre des financements insuffisants et des défis de recrutement croissants, il est essentiel que les pouvoirs publics prennent des mesures concrètes pour soutenir ces acteurs indispensables. La cohésion sociale du pays en dépend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.