Black Friday ou l’impact environnemental et sociétal de notre société de consommation

  • Publié le: mercredi 22 novembre 2017

A l’approche du Black Friday,  opération de soldes fracassantes dans le domaine de la high-tech, les conséquences sociétales et environnementales sont trop souvent mises de côté.

Le voilà qui arrive, comme chaque année au lendemain de Thanksgiving à grand coup de campagnes marketing. Le Black Friday, ce phénomène tout droit venu des Etats-Unis se tient le dernier vendredi du mois de novembre et donne le coup d’envoi des achats de Noël.

 Le principal domaine visé est la high-tech qui consent à ce moment-là des remises plutôt alléchantes, phénomène assez rare sur ce type de produits. Et cela fonctionne puisqu’on dénombre pas moins de 50% des consommateurs qui ont profité de ces remises en France en 2016.

 Célébration consumériste

 Or, cette célébration consumériste constituerait pourtant l’occasion idéale d’ouvrir le débat sur les lourds impacts sociétaux et environnementaux de notre boulimie numérique. Et les sujets ne manqueraient pas.

L’industrie de la téléphonie mobile est particulièrement visée avec la présence de minerais originaire de zones de conflits en Afrique, mais aussi des conditions de travail des ouvriers du secteur, mises en lumière par les suicides survenus chez Foxconn. On peut évoquer également l’obsolescence programmée et la non-réparabilité des appareils, et enfin, de la croissance incontrôlée des déchets électroniques (DEEE), qui devraient atteindre 50 millions de tonnes dans le monde en 2018 ?

Dans une tribune au « Monde » Vianney Vaune, cofondateur de Back Market (entreprise de vente de produits d’occasion reconditionnés) met en lumière qu’avec la technologie, le consommateur semble adopter l’attitude des trois singes de la sagesse – « ne pas voir le mal, ne pas entendre le mal, ne pas dire le mal »

 Cécité volontaire ?

Ne nous rendons nous pas aveugle afin de céder à une pression sociétale qui veut qu’avoir le dernier Iphone soit le symbole d’une certaine réussite sociale ? Nous ne voulons plus nous poser de questions sur les conditions de fabrication, l’origine des matières premières tant le produit en lui-même a pris une importance dans notre quotidien ? Comment peut-on fermer les yeux sur ce phénomène dans une société de plus en plus vigilante lorsqu’il s’agit de respecter notre planète et les Hommes qui y vivent ?

Le consommateur n’en est pas encore arrivé à démystifier l’appareil mais, surtout, il n’en a manifestement aucune envie. Or, si l’on n’ouvre pas d’espace critique, aucun modèle alternatif, plus sobre et vertueux, ne pourra voir le jour pour le numérique.

Quel que soit le domaine, le changement n’intervient jamais que sous la pression des foules de consommateurs ou d’électeurs. Tant que les individus ne voudront pas regarder en face l’impact sociétal et environnemental dramatique de la surconsommation de produits technologiques, la situation perdurera. Et c’est sans doute là l’aspect le plus sombre du Black Friday.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS