La Chine dit non aux déchets européens

  • Publié le: mercredi 16 août 2017

Jusqu’à présent, une grande partie des déchets européens étaient expédiés vers la Chine pour être traités et recyclés. Mais les choses vont changer dans quelques mois seulement : fin juillet, le gouvernement de Pékin a annoncé que l’importation de 24 types de déchets européens serait stoppée. En cause : l’impact sur l’environnement chinois et sur la santé des citoyens. Pour les industriels européens, il va falloir trouver une solution avant la fin d’année.

Dès janvier 2018, la Chine ne traitera plus tous les déchets européens. C’est ce que les représentants chinois ont annoncé lors de la réunion de l’Organisation Mondiale du Commerce, le 18 juillet dernier. Jusqu’à présent, de nombreux déchets étaient envoyés en Chine pour être traités car la manque de filières de recyclage en Europe rendait le traitement sur place inenvisageable. Mais la Chine a décidé de mettre en place des critères environnementaux plus sévères. Le pays, touché par de très fortes pollutions, fait face à un problème de santé publique grave et il souhaite désormais mieux encadrer les activités industrielles polluantes.

Dans un tel contexte, les dizaines de millions de tonnes de déchets européens importés chaque année ne sont plus les bienvenus. Dès la fin d’année 2017, les pays européens devront donc trouver une autre solution pour recycler les papiers, plastiques et textiles. Un vrai défi quand on sait que l’Europe est très en retard dans le développement des filières de recyclage, comme l’Union Européenne l’avait déjà souligné en début d’année 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Les monnaies locales un atout pour l’économie locale

    Elles sont de plus en plus nombreuses sur notre territoire et permettent d’encourager les circuits courts. Focus sur ces nouvelles formes de monétisations qui vont peut-être sauver l’économie locale.   Légalement reconnues en France depuis la loi Hamon du 31