Les navires de croisière se mettent au GNL

  • Publié le: vendredi 29 mars 2019

Le 15 mars, la compagnie Costa Croisières a mis à l’eau son tout premier navire au GNL (Gaz Naturel Liquéfié). Ce carburant alternatif doit permettre de faire baisser drastiquement la pollution causée par les navires de croisière.

Il mesure 337 mètres de long et peur accueillir plus de 8 000 personnes au total à son bord (passagers et membres d’équipage), mais ce qui singularise vraiment le Costa Smeralda ne se voit pas à l’oeil nu. Le nouveau navire de la flotte de Costa Croisières est propulsé grâce à du GNL. C’est le second paquebot de croisière à utiliser ce carburant alternatif, mais le premier de la compagnie Costa.

Il vient d’être mis à l’eau, le 15 mars, et sera prêt à entamer son voyage inaugural en novembre prochain. C’est en France, à Marseille, qu’il prendra officiellement la mer pour la première fois.
Ce paquebot nouvelle génération vise à réduire la pollution engendrée par les navires de croisière. L’industrie marine est en effet la cinquième industrie à polluer le plus dans le monde. Elle émet 1,12 milliard de tonnes de CO2 chaque année, selon un rapport des Nations Unies publié en octobre 2018. Cela représente 4,5% des émissions globales de gaz à effet de serre.

Plusieurs états, tels que la France, ont décidé d’être plus contraignants envers l’industrie maritime pour faire respecter les normes environnementales. La compagnie Costa anticipe la future législation européenne. Elle compte renouveler sa flotte grâce à ce nouveau modèle de paquebot au GNL. Un deuxième navire identique au Costa Smeralda est déjà en construction. Il sera livré à la compagnie maritime en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Une carte bancaire pour suivre son empreinte carbone

    MasterCard vient de s’allier avec une jeune startup, Doconomy, pour imaginer une nouvelle génération de carte de paiement responsable. La carte permet non seulement de régler ses achats, mais aussi de calculer l’empreinte carbone du consommateur suite à ses différents