Les perturbateurs endocriniens encore pointés du doigt

  • Publié le: mercredi 27 janvier 2016

Alors qu’un colloque vient de se tenir à Paris sur les perturbateurs endocriniens, plusieurs experts ont partagé les nouveaux soupçons qui pèsent sur ces substances nocives : outre la diminution de fertilité, d’autres atteintes à la santé humaine sont désormais avancées.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques (phtalates, pesticides…) que l’on retrouve dans de nombreux produits du quotidien. Le plus connu d’entre eux, le bisphénol A, fait l’objet d’une réglementation contraignante : la France l’a fait bannir de la composition des biberons en 2011, et depuis l’année dernière il est interdit dans celles des bouteilles ou boîtes à usage alimentaire.

Les dernières constatations des chercheurs laissent penser que les perturbateurs endocriniens sont non seulement responsables des problèmes de fertilité chez l’être humain, mais qu’ils jouent aussi un rôle important dans le développement d’autres pathologies : atteintes sur le système immunitaire, impact sur le déclenchement de certains cancers, développement du diabète.

Si la France est décidée à mettre en place une législation plus contraignante, elle a pourtant du mal à rallier les autres pays européens à sa cause. Ségolène Royal a récemment annoncé avoir écrit à la présidence néerlendaise de l’Union Européenne pour demander à ce que le dossier des perturbateurs endocriniens soit traité dans les priorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly