La France, championne de la parité

  • Publié le: lundi 25 mars 2019

La Banque Mondiale a publié, le 4 mars dernier, son classement annuel sur l’égalité hommes-femmes dans les différents pays du monde. Seuls six pays obtiennent le score parfait dans ce classement, et la France en fait partie.

La parité parfaite entre les hommes et les femmes est-elle possible ? Oui d’après le rapport publié par la Banque Mondiale, le 4 mars dernier. L’organisation a publié son classement pour l’année 2018. Six pays se détachent dans le classement en obtenant la note maximale de 100, qui équivaut à une parité parfaite. Ces six pays sont la France, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse, le Danemark et la Lettonie. Au global, le rapport souligne que la parité a progressé partout depuis dix ans. En 2008, aucun pays n’avait atteint la note maximale.

Le classement de la Banque Mondiale prend en compte huit critères : les conditions maritales, l’accès à l’emploi, la liberté de circulation, la politique salariale, la possibilité de créer une entreprise, l’accès à la propriété, le retour à l’emploi pour les mères actives ainsi que la retraite.

Mais les avancées demeurent trop lentes, et le rapport le souligne également. Les rédacteurs pointent la situation du doigt : “2,7 milliards de femmes n’ont toujours pas les mêmes choix que les hommes en matière d’emploi.” Pour la Banque Mondiale, il s’agit d’un obstacle crucial qui entrave la croissance économique des pays concernés. Le rapport souligne : “Si les femmes disposaient de chances égales permettant d’atteindre leur plein potentiel, le monde serait non seulement plus juste, mais aussi plus prospère.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces