L’huile de palme et l’esclavage moderne

  • Publié le: mercredi 30 novembre 2016

Une enquête menée par Amnesty International sur les conditions de travail dans des plantations de palmiers à huile révèle de nombreuses atteintes aux droits humains. Plusieurs multinationales sont également montrées du doigt pour avoir fermé les yeux ces conditions de travail révoltantes.

Le commerce d’huile de palme est l’un des plus lucratifs de l’industrie agro-alimentaire mondiale. Il existe plusieurs pays dans lesquels les plantations de palmiers à huile sont particulièrement développées, et l’un d’eux est l’Indonésie. C’est là-bas que l’entreprise Wilmar a développé son activité jusqu’à devenir le premier producteur mondial d’huile de palme. Un producteur qui approvisionne plusieurs géants de l’alimentaire tels que Unilever, Nestlé ou encore Kellogg’s. L’ONG Amnesty International a voulu faire la lumière sur les conditions de travail dans ces plantations, et elle a envoyé des spécialistes pour enquêter sur le terrain en interrogeant des ouvriers et en visitant des sites de production. Les conclusions de l’enquête sont sans ambiguïté : le commerce de l’huile de palme se fait au détriment des Droits de l’Homme.

Ce que révèle l’enquête d’Amnesty International, c’est que les travailleurs sont soumis à un système d’esclavage moderne. Ainsi, les ouvriers qui manipulent des produits toxiques n’ont pas de protection et inhalent régulièrement les vapeurs des pesticides. Des femmes sont soumises au travail forcé, un travail pour lequel elles sont rémunérées en-dessous du minimum légal. Enfin, des enfants de huit ans travaillent dans des conditions dangereuses au mépris de la législation du droit du travail.

Ironie de la situation, cet esclavage moderne des travailleurs n’a pas empêché plusieurs plantations de recevoir le précieux sésame du label « huile de palme durable ». Amnesty International appelle à une meilleure transparence dans la chaîne de fabrication des produits et demande instamment à ce que Wilmar révise les conditions de travail de ses employés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • Assurer un récif de corail : économie et écologie font cause commune

    Au Mexique, l’assureur Swiss Re va proposer un nouveau service d’assurance aux entreprises du secteur touristique de Cancùn : assurer les récifs coralliens. Une initiative originale qui permettrait de sauvegarder plus efficacement les récifs en cas d’intempéries par exemple. Assurer