Fin de la production des hydrocarbures en France

  • Publié le: mercredi 30 août 2017

Nicolas Hulot l’avait annoncé : l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures seront à l’avenir interdites sur le sol français. Le ministre de la transition écologique et solidaire profite de la rentrée pour déposer son projet de loi.

La transition énergétique est bel et bien en route sur le sol français, c’est Nicolas Hulot qui le dit. Le ministre compte profiter de la rentrée pour présenter dès la semaine prochaine un projet de loi contre l’exploitation des hydrocarbures sur le sol français. Concrètement, cela signifie que l’état n’accordera plus de permis pour l’exploration ou l’exploitation de gisements de gaz ou de pétrole sur le territoire français. Le sujet n’est pas nouveau puisqu’il s’agissait d’une promesse de campagne du président Macron. Nicolas Hulot avait d’ailleurs rappelé sa détermination sur le sujet en juillet dernier à l’occasion de sa présentation du plan climat.

Pourtant, cette décision ne devrait pas radicalement changer la donne énergétique en France dans un proche avenir. En effet, cette décision ne devrait s’appliquer qu’à partir de 2040. Dans l’intervale, le secteur des hydrocarbures a le temps de s’organiser pour stopper la production de ses puits, ce qui devrait être d’autant plus simple que la production française de pétrole et de gaz (respectivement 0,8 million de tonnes et 0,16 milliard de mètres cubes) est plutôt anecdotique. Nicolas Hulot a également profité de ce projet de loi pour rappeler l’opposition de la France au gaz de schiste. Auparavant, c’était la fracturation hydraulique, méthode d’exploitation utilisée pour le gaz de schiste, qui était interdite. Désormais toute ambiguïté est levée et le gaz de schiste sera clairement interdit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Les monnaies locales un atout pour l’économie locale

    Elles sont de plus en plus nombreuses sur notre territoire et permettent d’encourager les circuits courts. Focus sur ces nouvelles formes de monétisations qui vont peut-être sauver l’économie locale.   Légalement reconnues en France depuis la loi Hamon du 31