EDF dans la tourmente à cause du nucléaire

  • Publié le: vendredi 21 octobre 2016

L’entreprise française EDF est plus que jamais dans la tourmente, accusée de mal gérer son parc de réacteurs nucléaires dont plusieurs poseraient de graves problèmes de sécurité. Mardi dernier, EDF a publiquement annoncé qu’elle allait arrêter cinq de ses réacteurs sur le territoire français.

Y a-t-il une « affaire EDF » autour du parc nucléaire français ? La question est plus que jamais brûlante alors que l’entreprise est attaquée de toute part. Depuis un an déjà, plusieurs accusations ont été portées par des ONG contre la vétusté des installations nucléaires françaises, en particulier en ce qui concerne l’entretien des réacteurs nucléaires. La semaine dernière, une plainte a même été déposée par ces ONG contre EDF. Motif : une anomalie a été détectée dans le générateur de vapeur de la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, centrale qui faisait déjà l’objet de vives inquiétudes quant à la sécurité de ses infrastructures.

Cette semaine, l’affaire a pris un nouveau tournant avec l’entrée en jeu de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui a demandé à EDF de stopper cinq de ses réacteurs. Ce n’est pas la première fois qu’EDF est contrainte d’arrêter des réacteurs : treize réacteurs ont déjà fait l’objet de pareille mesure, et six d’entre eux ont pu, par la suite, être reconnectés au réseau. Parmi les nouveaux réacteurs concernés, on retrouve Fessenheim et Tricastin, deux sites particulièrement sous surveillance. Au total, ce sont dix-huit réacteurs d’EDF que l’ASN a officiellement placé sous surveillance. Un coup dur pour EDF et une remise en question évidente de la sécurité qui entoure le nucléaire français à l’heure où les énergies vertes ont plus que jamais le vent en poupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les