Enedis teste une application d’aide à la déconnexion

  • Publié le: lundi 16 avril 2018

Votée en aout 2016, la loi sur le droit des français à la déconnexion peine à se faire respecter. La frontière entre la vie privée et la vie professionnelle semble ténue. Vincent Baud a alors trouvé une solution pour venir en aide aux salariés et aux entreprises avec sa solution MASTERMail®.

Selon une étude Enedis/Harris Interactive, 65% des français avouent penser à leur travail pendant leur temps libre. Les entreprises doivent réfléchir à une solution pour mieux équilibrer la vie privée et vie personnelle. Les outils digitaux étant présents auprès des salariés même pendant leurs moments de repos, il est rendu plus difficile de se déconnecter.

Outre la nécessité de responsabiliser les salariés à leurs usages personnels du numérique, l’entreprise se doit de les accompagner.

Enedis a instauré dès 2015 une démarche de responsabilisation de ses salariés à l’usage du numérique dans le travail mais aussi en dehors.

Pour mettre en œuvre cette démarche collaborative et responsabilisante, Enedis s’est rapprochée du cabinet Masterafin de tester l’application MASTERMail® qui vise à définir des plages horaires de déconnexion. Durant ce laps de temps, les salariés ne recevront aucun mail. Ces périodes peuvent également être fixées pendant le temps de travail, puisque l’étude Enedis/Harris Interactive stipule qu’un cadre passe en moyenne plus de 5 heures pas jours à consulter ses mails, le rendant alors moins productif.

Les salariés doivent être formés aux bonnes pratiques

En plus de l’application, qui ne saurait se suffire à elle-même, Vincent Baud, fondateur du cabinet Master, insiste sur la nécessité de former les utilisateurs aux bonnes pratiques. Les salariés doivent prendre conscience collectivement des enjeux de la déconnexion sur la santé et le bien-être. Ils doivent par ailleurs comprendre qu’ils n’ont pas à subir un système dans lequel les mails peuvent arriver à n’importe quelle heure et « exiger » une réponse.

Certaines réticences liées notamment aux situations critiques ont été levées quand Vincent Baud a spécifié qu’il existait une fonctionnalité permettant de lever toutes les barrières en cas de situation d’urgence. Mais ce dernier a tenu à préciser que le plus simple était finalement de prendre son téléphone ou se déplacer pour gérer ce type de situation.

Même si la phase de test auprès d’Enedis est encore assez courte, des premiers résultats en sont ressortis. Les salariés ont amélioré la qualité de leurs mails, les rendant plus simples à comprendre et à lire, plus respectueux, et surtout moins fréquents. Par ailleurs, ils se sentent moins piégés quand ils reçoivent un mail le week-end et ont moins tendance à y répondre. Cette première expérience qui a été réalisée auprès de 1 500 salariés devrait être étendue dans les prochains mois à l’ensemble du groupe, qui comporte 39 000 collaborateurs.

One thought on “Enedis teste une application d’aide à la déconnexion

  1. Parole de vieille: …de notre temps…., le téléphone portable n’était pas encore accessible au commun des mortels. Ce qui n’empêchai pas de penser à son travail.
    J’aime bien les remarques du dernier paragraphe: les salariés ont amélioré la qualité de leurs mails……. respectueux.
    C’est bien quand même cette démarche de recherche du bien-être de ses salariés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement