La lutte s’engage contre l’uberisation du travail

  • Publié le: dimanche 20 octobre 2019

L’état de Californie vient de voter une nouvelle loi en matière de droit du travail. Elle oblige plusieurs entreprises, notamment Uber, à requalifier les contrats de travail de leurs livreurs en tant que salariés à part entière.

C’est un revirement crucial pour le système d’uberisation de l’économie actuelle. L’état de Californie vient d’adopter une loi qui sonne comme une sanction à l’encontre de plusieurs jeunes entreprises. La nouvelle loi du travail va forcer les entreprises qui utilisent les services de livreurs free-lance à requalifier leurs postes en tant que salariés. Jusqu’à présent, les entreprises utilisaient, sur le modèle de l’entreprise de transport uber, des livreurs/chauffeurs qui disposaient d’un statut de free-lance. Dans les faits pourtant, ces collaborateurs réguliers s’apparentaient à des salariés, sans toutefois pouvoir prétendre aux mêmes avantages sociaux.

Ce système d’emploi est désormais révolu. Les entreprises de livraison et de transport vont devoir requalifier leur masse salariale en faisant signer à leurs collaborateurs des contrats classiques de salariés.

En France, ce système de travailleurs indépendants fait aussi l’objet de critiques sévères. Les livreurs de la plateforme Deliveroo ont lancé une vague de mobilisation au mois d’août dernier. Leur grève nationale, suivie par plusieurs grandes villes, a pour but de renégocier les salaires des livreurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Nouveaux espaces de travail : Spinoza dresse son bilan

    L’Observatoire Spinoza a publié, fin décembre 2019, une grande étude sur les mutations des espaces de travail. L’étude porte sur les espaces aménagés dans les entreprises, mais aussi sur les nouvelles dynamiques sociales qui s’installent au cœur de l’activité professionnelle.

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.