Des feuilles de bananiers pour remplacer le plastique

bananier-SocialMag
  • Publié le: jeudi 20 juin 2019

Le 28 février dernier, un supermarché hollandais avait inauguré son rayon « plastic free » (un rayon entier sans emballages plastique avec pour certains articles une alternative de biofilms végétaux) . Cette fois, c’est au tour de la Thaïlande d’innover pour le bien de la planète, en remplacer le plastique par des feuilles de bananiers.

Selon un rapport publié en 2017, plus de 8 milliards de tonnes de plastique ont été produits depuis les années 1950. Et la production de ce matériau, extrêmement destructeur pour notre planète, n’a fait qu’augmenter, de manière exponentielle : alors qu’elle était de 2 millions de tonnes en 1950, elle est passée à 400 millions de tonnes en 2015. Des chiffres vertigineux, lorsqu’on sait que le recyclage ne suffit pas à tout éliminer.

Les Nations Unies estiment que 12 milliards de tonnes de déchets en plastique rempliront les décharges et les océans d’ici 2050. L’Agence Nationale Australienne pour la Science, prévoit que, d’ici là, 99% des animaux de l’écosystème marin auront ingéré du plastique.

Une réalité qui commence à sérieusement déranger, du moins suffisamment pour enfin essayer de trouver des solutions concrètes et abandonner progressivement ce dangereux matériau.

Banana !

C’est ainsi que le supermarché Rimping, dans la ville de Chiangmai, en Thaïlande, a pris les choses en main en décidant de transformer leurs packaging. Depuis quelques temps, dans les rayons fruits et légumes de ce supermarché, on trouve des produits emballés, non plus dans du plastique, mais dans des feuilles de bananiers, complètement naturelles et biodégradables. Ces feuilles ont l’avantage d’être flexibles et souples mais aussi très résistantes, pouvant protéger ce qu’elle contiennent.

Une initiative virale

Depuis quelques temps, les photos de ces fruits et légumes emballés dans des feuilles de bananiers avec des liens en fibres naturelles font le tour des réseaux sociaux. Ce qui, au début, était un geste local, a suscité de vives réactions chez les internautes et s’est étendu à l’international. Car l’utilisation de produits biodégradables locaux est à porter de tous. Il suffit simplement de trouver des alternatives locales au bananier thaïlandais.

Certains internautes tatillons ont relevé, sur les photographies publiées par Rimping sur Facebook, que certains produits des rayons thaïlandais étaient encore emballés dans du plastique. Perfect Homes (agence immobilière locale qui a publié les photographies en mars), a répondu simplement : « Ce n’est pas 100% parfait mais c’est un pas dans la bonne direction ! ».

Encore une initiative qui donne une petite lueur d’espoir et nous rappelle que finalement, les idées les meilleures sont souvent les plus simples !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Investir pour la qualité de l’air au travail

    La qualité de l’air au travail devient un vrai sujet pour les entreprises engagées dans des démarches de RSE. L’Anses alerte régulièrement les entreprises au sujet des risques d’un air intérieur pollué. Et avec les épisodes de pollution atmosphérique, les

le Coin ESS

  • La finance solidaire séduit les investisseurs français

    Les investissements dans le secteur de la finance solidaire continent de progresser en France. C’est ce que vient d’indiquer le rapport annuel de Finansol, qui observe les investissements solidaires dans l’économie française. La finance solidaire a progressé de 8,7% en