Gaz à effet de serre : l’Union Européenne verrouille l’objectif de -55% en 2030

gaz effet serre union europeenne objectif 55 2030 - Social Mag
  • Publié le: vendredi 30 avril 2021

Ce 21 avril 2021, l’Union Européenne s’est mise d’accord sur un objectif de 55% de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030. Le Conseil Européen a milité pour ce compromis, un peu moins ambitieux que les 60% réclamés par le Parlement. Cet objectif sera intégré à un paquet législatif sur le climat, qui devrait être adopté d’ici l’été 2021.

Au terme de plusieurs heures de négociations, les représentants des Etats membres de l’Union Européenne ont abouti à un consensus sur les objectifs climatiques de l’Union Européenne. L’accord a été présenté le 21 avril 2021, à la veille de l’ouverture du Leader Summit, le sommet en ligne sur le climat organisé par le nouveau président américain Joe Biden.

Le Parlement Européen cède aux Etats favorables à une réduction de 55% des émissions pour 2030

Le Parlement Européenne avait fait des propositions très ambitieuses, qui ont été, comme souvent, revues à la baisse par les représentants des Etats. En termes d’émissions de gaz à effet de serre, l’objectif actuel (40% de baisse en 2030 par rapport au niveau de 1990) est notoirement insuffisant pour tenir les engagements de l’Union Européenne dans l’accord de Paris, et devait absolument être revu.

Les parlementaires proposaient de le porter à 60%. Le Conseil Européen l’a limité à 55%, sous la pression des Etats membres les plus émetteurs de CO2, notamment la Pologne. Mais, en contrepartie, le Parlement a obtenu que les compensations autorisées par les puits de carbone soit réduites.

« On a plafonné la part des  puits de carbone qui peut être comptabilisée, ce qui nous permet de sanctuariser une réduction brute de 53 %, et d’aller jusqu’à une réduction nette de 57 % en intégrant l’engagement de la Commission à augmenter les puits de carbone », défend ainsi Pascal Canfin, président de la Commission environnement du Parlement européen.

La neutralité carbone en questions

Sur la même logique, le Conseil Européen a accepté de rendre contraignant l’objectif de neutralité carbone en 2050, mais pour l’ensemble de l’Union. Le Parlement, là encore, militait pour que chaque Etat atteigne individuellement la neutralité carbone à cette date.

La Pologne, qui a certes annoncé cette semaine la fin de l’exploitation de ses mines de charbon pour 2049, ne pourra pas abandonner totalement les combustibles fossiles aussi tôt (70% de l’électricité polonaise est produite grâce au charbon). D’autres pays de l’Est se sont alignés sur cette position. Certains Etats devront donc présenter en 2050 un bilan carbone négatif, afin que l’ensemble de l’Union soit neutre à cette date.

Ces engagements seront formalisés dans un paquet législatif sur le climat, attendu pour le début de l’été 2021. Il contiendra également des dispositions sur la part des renouvelables dans les mix énergétiques, la taxation des carburants les plus polluants ou les normes d’émissions de CO2 pour les voitures thermiques. « Ce paquet sera sans doute le cadre législatif le plus complet au monde en matière de climat » , a commenté le vice-président de la Commission Européenne, Frans Timmermans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces