La RSE : une nécessité pour le football professionnel

foot-SocialMag
  • Publié le: mercredi 29 mai 2019

Dans une société du spectacle sportif mondialisé, les clubs de football misent sur une politique RSE ambitieuse pour renouer avec leur région d’origine. Redevenir acteurs au niveau local, et s’engager dans l’éducation, l’insertion sociale ou l’exemplarité environnementale : une nécessité à l’heure où les plus jeunes ne jurent que par Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo.

En France, la création de clubs de football professionnel est historiquement très liée à un territoire et un tissu social. Le premier club pro de France est, symboliquement, Sochaux, créé par Peugeot dans le but de divertir les ouvriers de ses usines. L’histoire de France du football est d’ailleurs marquée par une présence régulière au plus haut niveau de « petites » villes : Saint-Etienne, Sochaux, Lens…

Foot business et internationalisation des clubs

Mais la donne a changé ces dernières années. Les « grands » clubs sont passés sous contrôle de fonds financiers ou de mécènes étrangers, et cherchent avant tout à séduire des fans situés aux quatre coins du monde. Dans le même temps, les joueurs portant le maillot de la ville où ils sont nés deviennent de plus en plus rares, distendant le lien entre le club et son territoire.

Avec une conséquence inquiétante pour l’avenir des clubs : les plus jeunes ont désormais tendance à supporter une grande équipe, le plus souvent étrangère, bien avant le club de leur ville. Dès lors, le risque est grand de voir leur public vieillir.

Renouer avec son territoire par une stratégie RSE

Pour renouer avec les habitants de leur ville, les clubs ont mis en place d’ambitieuses stratégies RSE. La majorité d’entre eux ont créé des structures dédiées à l’action sociale et environnementale locale, associations ou fondations. Aller à la rencontre de leurs supporters, notamment les plus jeunes, dans les quartiers défavorisés, est ainsi devenue une habitude pérenne.

L’Olympique Lyonnais a même lancé, l’année dernière, pour les dix ans de sa fondation, un appel à projets RSE auprès de ses supporters. Avec, à la clé, 200 000 euros distribués à une quarantaine d’associations de la région Auvergne-Rhône-Alpes soutenues par des fans de l’OL.

Autre axe de travail central : l’éducation, toujours en lien avec le territoire concerné et son histoire. « L’éducation est un axe prégnant avec, dans notre région, un important devoir de mémoire à observer. Ainsi, par exemple, régulièrement, de jeunes joueurs du centre se rendent à Verdun et Douaumont », confie ainsi Benjamin Parrot, directeur communication et marketing du Stade de Reims, au sujet de la stratégie portée par le club champenois.

« Une des grandes richesses du football, c’est son investissement au service de la société »

Cette nécessité est relayée au plus haut niveau, puisque la Ligue de Football Professionnelle (LFP) a mis en place de nombreux projets, tant dans le domaine social qu’écologique ou sociétal.

« Du soutien à des associations caritatives à des initiatives éducatives et citoyennes, toutes ces actions démontrent qu’une des grandes richesses du football professionnel, c’est son investissement au service de la société. Et ce ne sont pas que des mots. La contribution du football professionnel en faveur d’actions RSE s’élève à 73,8 millions d’euros, soit près de 4 % du chiffre d’affaires de la LFP », précisait ainsi Jérôme Belaygue, directeur de la communication Externe et RSE de la LFP.

4% : un taux record, dépassant celui de tous les secteurs professionnels de France. En France, le foot rime définitivement avec l’engagement citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La finance verte se porte bien en France

    Le ministre de l’économie Bruno Le Maire a initié un nouveau projet de promotion de la finance durable. Le 2 juillet dernier, il a réuni les principaux acteurs du marché pour définir les futurs engagements du secteur. Cette nouvelle impulsion