Coupe du monde de football : les joueurs s’engagent pour les associations

  • Publié le: lundi 25 juin 2018

A l’occasion de la Coupe du monde de football 2018 qui a démarré en Russie, plusieurs joueurs des sélections se sont engagés en faveur de CommonGoal, une initiative pour laquelle ils reverseront 1% de leur salaire afin de financer des projets associatifs.

Souvent montré du doigt, le footbusiness tente de se racheter une image en lançant des initiatives originales. Dernier exemple en date : le projet CommonGoal, imaginé par le joueur de football espagnol Juan Mata. Le principe est simple : chaque joueur volontaire reverse 1% de son salaire à un fonds collectif. L’argent ainsi collecté est ensuite reversé à des associations pour la jeunesse, partout dans le monde. Juan Mata a lui-même inauguré ce programme en versant 1% de ses 7,8 millions d’euros de salaire annuel. Une cinquantaine de joueurs internationaux ont déjà accepté de participer.

Et le projet CommonGoal est déjà en train de donner des idées à d’autres joueurs de football : Kylian Mbappé, le numéro 10 de l’équipe de France, a déjà annoncé qu’il comptait reverser toutes ses primes de matche avec l’équipe de France à des associations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.