Le terrible réchauffement des océans du globe

terrible rechauffement oceans globe - Social Mag
  • Publié le: mercredi 29 janvier 2020

Une équipe de chercheurs vient de publier une étude sur le réchauffement des océans, provoqué par le changement climatique : il est considérable, avec un impact terrible sur la biodiversité, et des conséquences sur le long terme encore inconnues.

Les effets du changement climatique ne cessent de se faire sentir. 2019 a été, selon l’Organisation météorologique mondiale, la seconde année la plus chaude jamais enregistrée, le niveau de concentration des gaz à effet de serre (GES) continue de croitre, et les phénomènes climatiques hors-normes (dont les incendies qui ravagent l’Australie ne sont que le dernier exemple) se multiplient.

«  Plus de 90 % de la chaleur s’accumule dans l’océan en raison de sa grande capacité thermique »

Mais les océans aussi reçoivent de plein fouet les conséquences des accumulations des GES dans l’atmosphère. Si la pollution plastique est souvent mise en avant concernant les effets désastreux de l’activité humaine sur les mers du globe, le réchauffement climatique a un impact peut-être plus grave encore.

Une équipe internationale de chercheurs vient de publier, dans Advances in Atmospheric Sciences, une étude sur la température des océans du globe. Leur conclusion est qu’en 2019, les températures sont supérieures de 0,075 degré par rapport à la moyenne de la période 1950-2010.

Le chiffre peut paraître modeste, mais ramené au volume des océans du globe et à son effet sur la biodiversité, il est réellement catastrophique. D’autant que chaque hausse de température des océans est définitive. Aucun procédé ne pourra les refroidir, et ce sont eux qui souffre le plus directement du réchauffement climatique, puisque «  plus de 90 % de la chaleur s’accumule dans l’océan en raison de sa grande capacité thermique ».

Le puissance thermique de « 3,6 milliards d’explosions de la bombe atomique d’Hiroshima » !

Au total, depuis 25 ans, les océans ont subi une augmentation de 228 sextillions joules. Pour donner une idée de ce que cela représente, les chercheurs proposent des comparaisons imagées : « le niveau de chaleur que nous avons mis dans les océans du monde durant les 25 dernières années équivaut à 3,6 milliards d’explosions de la bombe atomique d’Hiroshima ».

Sur la seule année 2019, le réchauffement des océans correspond à « la chaleur émise par environ cinq bombes Hiroshima, explosant chaque seconde, et ce jour et nuit pendant les 365 jours de l’année ».

Et les effets sur la biodiversité et les écosystème sont à la fois immédiats, profonds et irréversibles. Taux de mortalité en hausse chez tous les organismes marins, disparition des habitats et des zones de reproduction, migrations de masse, récifs coralliens qui se dégradent et meurent à petit feu. Pire encore : avec l’océan plus qu’avec toute autre partie de la Terre, l’effet retard joue à plein. Même en cessant d’émettre le moindre gramme de GES, les températures continueront d’augmenter. L’urgence n’est pas pour demain. Elle est déjà là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS