Pesticides dans l’arboriculture : deux ONG portent plainte

pesticides arboriculture plainte - SocialMag
  • Publié le: dimanche 28 mai 2023

France Nature Environnement et Générations Futures viennent de saisir la justice pour contester une décision du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, qui a demandé aux agent·es de l’Office français de la biodiversité de ne plus contrôler les périodes de pulvérisation de pesticide dans l’arboriculture. Avec de graves dangers pour les pollinisateurs.

SOS pollinisateurs. Le nombre de ces insectes, en particulier les abeilles, s’effondre depuis des années. Aujourd’hui, une espèce sur dix d’abeille et de papillon est menacée d’extinction selon l’UICN. Pourtant le rôle des pollinisateurs est fondamental dans la reproduction des plantes sauvages que pour la production agricole.

La réglementation a posé un cadre strict d’heures de pulvérisation des pesticides, pour protéger les pollinisateurs

Même d’un strict point de vue de la sécurité alimentaire, leur rôle est crucial. 35 % de notre alimentation (fruits, courgettes, colza, tournesol…) dépend de la pollinisation par les insectes. Un service gratuit évalué à entre 2,3 et 5,3 milliards d’euros par an, en France.

Pourtant, en toute discrétion, le gouvernement a, sciemment, décidé de fragiliser encore les populations d’insectes. La réglementation sur la pulvérisation de pesticide a pourtant prévu de protéger les pollinisateurs. Comme ils s’en vont progressivement avant la tombée de la nuit, pour disparaître à la nuit, l’usage de pesticides est autorisé, en période de floraison, dans les 2 heures qui précèdent le coucher du soleil et dans les 3 heures qui le suivent.

Or, le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a demandé aux agent·es de l’Office français de la biodiversité de ne plus contrôler les horaires de pulvérisation de pesticides dans l’arboriculture (elle reste imposée pour le colza ou le tournesol), préférant faire « de la pédagogie » sur les horaires à la place.

« Une décision court-termiste qui privilégie les profits au détriment du vivant »

L’information, révélée par Le Monde, a poussé France Nature Environnement et Générations Futures à déposer, ce 16 mai 2023, un recours devant la justice administrative pour contester cette note, et imposer à l’Office national de la biodiversité de faire respecter la loi.

Les deux ONG dénoncent « une décision court-termiste qui privilégie les profits au détriment du vivant et retarde encore la transition écologique indispensable pour répondre à la crise climatique et à l’effondrement de la biodiversité » dans le communiqué annonçant cette action en justice.

France Nature Environnement et Générations Futures en ont profiter pour demander « à ce que des moyens dignes soient alloués à la police de l’environnement et à l’institution judiciaire afin qu’elles puissent fonctionner convenablement et traiter les atteintes à l’environnement de manière égale sur l’ensemble du territoire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE, un levier puissant pour renforcer la diversité

    La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue un pilier incontournable dans le monde des affaires, marquant un changement significatif dans la manière dont les entreprises interagissent avec la société. Au-delà de ses implications environnementales et éthiques, la RSE joue

le Coin ESS