La hausse des prix de l’énergie fragilise la place de l’élevage dans l’agriculture

hausse prix energie elevage agriculture - SocialMag
  • Publié le: lundi 13 mars 2023

L’élevage était déjà dans le viseur de la lutte contre le changement climatique, par ses émissions de gaz à effet de serre et ses effets sur la déforestation. Il posait également problème pour la sécurité alimentaire mondiale et la biodiversité, sans parler de l’éthique animale. Mais il souffre aussi de la hausse des prix de l’énergie : pour le chercheur Marc Benoît, la logique conduirait à une réduction drastique des surfaces dédiées à l’élevage. Mais les appétits occidentaux, alimentaires comme financiers, pourraient empêcher ce scénario.

Des différents secteurs de l’agriculture, l’élevage est, de loin, le plus problématique d’un point de vue environnemental et climatique. Au-delà de la souffrance animale, il génère d’importantes émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, produit par la digestion des ruminants.

La hausse des prix de l’énergie a un impact beaucoup plus grand sur l’élevage que sur la production végétale

Il est également la principale cause de la déforestation (qui représente de 10 à 15 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales), en imposant des surfaces agricoles toujours plus importantes pour nourrir les animaux de rente. L’élevage a donc également des impacts sur la biodiversité, et sur la sécurité alimentaire mondiale : à surface agricole égale, des céréales nourrissent 10 fois plus de personnes que de la viande.

Mais un autre paramètre est rentré en jeu avec la crise énergétique : celui de l’énergie nécessaire pour produire des aliments. Le chercheur Marc Benoît de l’INRIA montre, dans une analyse récente, que « pour 1 mégajoule d’énergie consommée, l’élevage produit entre 0,5 et 1 mégajoule sous forme de lait ou de viande, alors que les grandes cultures (céréales, oléoprotéagineux) en produisent plus de six ».

Dit autrement : il faut entre six et dix fois plus d’énergie pour produire la même quantité de nourriture. L’incidence des prix de l’énergie sur les prix agricoles est donc sir à dix fois plus forts pour les produits d’origine animale.

Qui plus est, la volonté de réduire la consommation d’énergie fossile risque de créer de nouvelles pressions sur les terres agricoles, qui pourraient être utilisées pour produire de l’énergie, des agrocarburants notamment.

Vers un cercle vertueux ou vicieux ?

Hors subvention, les prix des produits d’origine animale devraient donc augmenter, entraînant une baisse de leur consommation, ce qui permettrait de libérer des terres pour produire des végétaux destinés à l’alimentation humaine ou à produire de l’énergie, voire à reforester.

Mais ce cercle vertueux pourrait ne pas advenir. « J’ai personnellement des craintes que les activités d’élevage, au moins à court et moyen terme, ne se réduisent guère », indique Marc Benoît. Si, dans le même temps, l’utilisation de surface agricole pour produire de l’énergie augmente, le cercle deviendrait même vicieux.

« Cela conduirait, de fait, à des tensions très importantes sur le prix de l’ensemble des denrées agricoles destinées à l’alimentation humaine, ainsi qu’une accentuation de la déforestation et le maintien d’une agriculture très intensive, avec des intrants ayant des impacts très négatifs sur la biosphère et la santé humaine », indique le chercheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Objectifs de Développement Durable, c’est à dire ?

    Les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont un ensemble de 17 objectifs mondiaux adoptés par les Nations Unies en 2015, dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Ils visent à éradiquer la pauvreté, protéger la planète et

le Coin ESS