Quand les entreprises se mobilisent pour sauver les abeilles

abeilles-socialMag
  • Publié le: mardi 28 mai 2019

Le 22 mai avait lieu à l’UNESCO, dans le cadre de la Journée Mondiale de la Biodiversité, l’Université des Abeilles. Initiée par Guerlain, cette initiative vise à sensibiliser sur la nécessité de promouvoir et protéger les abeilles. Plus au sud, dans le Vaucluse, le groupe Ducros soutient l’Observatoire Français d’Apidologie et incite ses salariés à mener des actions de protection des abeilles.

2019, année des abeilles pour les entreprises françaises ? Depuis longtemps engagé dans la protection de ces polinisateurs, dont la survie est cruciale pour les écosystèmes, Guerlain a créé en 2017 l’Université des Abeilles. Il s’agit d’un espace d’échanges et de débats pour mieux comprendre les causes et les conséquences de la disparition des abeilles – et mettre en place des politiques permettant d’endiguer cette véritable catastrophe écologique.

« La nature reprend ses droits très rapidement mais il faut agir vite »

L’édition 2019 de l’Université des Abeilles a eu lieu le 22 mai dans les locaux de l’UNESCO, dans le cadre de la Journée Mondiale de la Biodiversité. Elle a démarré par un constat alarmant : partout dans le monde, de nombreuses espèces d’abeilles sauvages sont menacées, les populations diminuent, l’habitat et les ressources alimentaires des abeilles se dégradent ou disparaissent.

Mais des lueurs d’espoir existent, en cas d’engagement fort des populations humaines : « On est en capacité d’agir, la nature reprend ses droits très rapidement mais il faut agir vite », explique ainsi Anne Larigauderie (IPBES). Priorité numéro 1 : changer notre modèle agricole, et notamment notre usage des pesticides. Il faut interdire rapidement et totalement les néonicotinoïdes. La sauvegarde des abeilles passe aussi par une préservation des espaces naturels. Autre piste : des campagnes citoyennes de protection, de sauvegarde et de repeuplement des colonies.

Les abeilles ont un rôle vital pour la nature et tout le monde y est sensible »

Si Guerlain pilote depuis longtemps des initiatives de ce type, via sa fondation Bee School, Ducros vient lui aussi de s’engager, au niveau local, dans le Vaucluse. Le groupe agro-alimentaire s’est en effet associé avec l’Observatoire Français d’Apidologie.

Les abeilles ont un rôle vital pour la nature et tout le monde y est sensible. Nous sommes très fiers de notre enracinement en Provence. Au-delà de notre responsabilité collective à sauver les abeilles, ce partenariat s’inscrit naturellement dans notre engagement historique à promouvoir et accompagner les productions locales au cœur de la Provence, où sont nées nos marques Ducros et Vahiné. Cela contribuera à assurer la durabilité de notre chaîne d’approvisionnement locale et à offrir à nos collaborateurs et à leurs familles des occasions de s’impliquer au sein des collectivités où nous vivons et travaillons.” explique Olivier Touzalin, directeur des marchés France de Ducros.

Le groupe invite en effet l’ensemble de ses salariés et leurs familles à se mobiliser, en menant des actions de sensibilisation ou en semant de graines de fleurs mellifères, qui apporteront aux abeilles les ressources nécessaires à leur alimentation.

One thought on “Quand les entreprises se mobilisent pour sauver les abeilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly