Moins de viande pour limiter le réchauffement climatique

moins viande pour limiter rechauffement climatique - SocialMag
  • Publié le: vendredi 27 décembre 2019

Des chercheurs souhaitent fixer une limite à la production de viande, afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre, en rendant à la nature les terres utilisées par les éleveurs et ainsi limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

L’alimentation est au cœur des questions environnementales contemporaines.Tandis que le végétarisme et le végétalisme sont en nette progression en Occident ces dernières années, l’impact que peut avoir sur la planète l’élevage du bétail et notre consommation de viande est devenue une composante essentielle de la lutte contre le réchauffement climatique.

Si 80% des terres cultivables sont utilisées pour l’élevage du bétail, la viande ainsi produite représente, elle, 18% des calories des aliments consommés à échelle mondiale. La production de viande, lait et œufs atteignait 1 247 tonnes en 2017, contre 758 millions de tonnes en 1990.

C’est dans ce contexte qu’un groupe de chercheurs a lancé un appel dans l’espoir de limiter la production de viande à échelle mondiale, d’ici 2030. Leur objectif étant de réduire considérablement les émissions de C02.

« Des changements majeurs nécessaires »

« Nous sommes tout à fait conscients que notre appel implique des changements majeurs dans les sociétés. On ne peut pas y arriver du jour au lendemain et sans obstacles. », déclare Helen Harwatt, auteure principale de la lettre remise au Guardian, le 12 décembre 2019.

Dans cette lettre, elle explique que la réduction de la consommation de viande et des produits laitiers permettraient de rendre à la nature des terrains entiers. Des forêts se reformeraient, réservoirs d’oxygène. Selon ses explications, ce serait le meilleur moyen pour limiter la hausse des températures sous la barre d’1,5°C, fixée par l’accord de Paris sur le climat.

…et aux rythmes variés

« La transition devra être gérée équitablement pour permettre aux citoyens de changer d’alimentation et aux fermiers, producteurs et acteurs de l’agriculture de se diversifier », annonce Pete Smith, coauteur de la lettre, conscient que ces changements majeurs ne peuvent pas se faire rapidement.

Par ailleurs, si l’appel s’adresse aux gouvernements du monde entier, il vise d’abord les pays les plus riches : « Dans les pays pauvres, qui comptent encore 800 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim, les priorités ne sont évidemment pas les mêmes. », poursuit le scientifique. Selon Helen Harwatt, « le changement climatique a des impacts importants sur la société, et se passer de viande pourrait aider à limiter les dégâts ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.