La Mairie de Paris veut des Jeux Olympiques durables et écologiques

JO-SocialMag
  • Publié le: jeudi 27 juin 2019

Lors d’un récent entretien, Anne Hidalgo a déclaré vouloir « faire de Paris une ville sans plastique » pour les Jeux Olympiques qui auront lieu dans la capitale française en 2024.

Cinq ans pour réaliser ce pari, parmi d’autres défis environnementaux en cours de réalisation.

La Maire de Paris est dans une réelle démarche écologique pour sa ville et s’active sur plusieurs fronts. Après s’être attaquée à la pollution automobile dans les rues parisiennes et avoir déclaré une guerre ouverte contre les mégots jetés dans l’espace public, elle confiait il y a quelques jours le projet de réimplanter des arbres au cœur de différents quartiers de la capitale.

Anne Hidalgo envisage donc un Paris le plus vert possible pour les Jeux olympiques de 2024, et cela passe, pour elle, par l’éradication du plastique.

Des Jeux « exemplaires sur le plan environnemental »

« Les Jeux olympiques et paralympiques vont accélérer la transition écologique dans le domaine des infrastructures, avec des pistes cyclables, les transports, les lignes de bus, la végétalisation » a déclaré la maire de Paris, le 18 juin 2019. Elle a spécifié que les détails de cette ambition seraient dévoilés le 25 juin prochain, dans le cadre du « plan héritage ». « L’héritage est ma priorité. Je veux des Jeux utiles pour tous les Parisiens et tous les Franciliens, non pas uniquement pour les sportifs », a-t-elle déclaré.

Même si le plan d’attaque contre le plastique n’est pas encore connu, Anne Hidalgo ne cesse de répéter que les JO de 2024 doivent être « exemplaires sur le plan environnemental ». Il y a quelques jours, le Comité d’organisation des JO (COJO) à ainsi renoncé à l’épreuve du surf qui devait avoir lieu à Sevran, sur une vague artificielle qui aurait demandé des infrastructures contraires au grand réaménagement durable en cours.

Retour sur la controverse Total

Durant l’entretien, Anne Hidalgo est par ailleurs revenue sur la décision prise par Total de ne pas sponsoriser les Jeux. Après une rencontre entre elle et Patrick Pouyanné, le PDG du groupe pétrolier, avait annoncé sa décision de retirer son entreprise des Jeux, face à l’exigence de la maire sur le plan environnemental.

Tony Estanguet, patron du COJO avait répondu dans un courrier à la maire de Paris.  Il y rappelait son « engagement d’organiser des Jeux neutres en carbone (…), de permettre à 100% des spectateurs de rejoindre les sites de compétition par les transports en commun, d’utiliser 100% d’énergie renouvelable pour l’organisation des JO ou encore d’assurer les déplacements des athlètes et des délégations pendant les JO grâce à 100% de solutions de mobilité propre ».

Durant l’interview, elle déclare que si Total est sur la voie de l’énergie renouvelable ce n’est pas encore fait, et que « symboliquement » Total ne pouvait pas être le premier sponsor des Jeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Investir pour la qualité de l’air au travail

    La qualité de l’air au travail devient un vrai sujet pour les entreprises engagées dans des démarches de RSE. L’Anses alerte régulièrement les entreprises au sujet des risques d’un air intérieur pollué. Et avec les épisodes de pollution atmosphérique, les

le Coin ESS

  • La finance solidaire séduit les investisseurs français

    Les investissements dans le secteur de la finance solidaire continent de progresser en France. C’est ce que vient d’indiquer le rapport annuel de Finansol, qui observe les investissements solidaires dans l’économie française. La finance solidaire a progressé de 8,7% en