Covid -19 : une entreprise française recycle les masques jetables

covid 19 entreprise francaise recycle masques jetables - SocialMag
  • Publié le: mercredi 26 août 2020

« Tu jettes ton masque dans la nature. Ton masque se retrouve dans la mer. Le poisson mange ton masque. Tu manges ton poisson. Choisis le circuit court : mange ton masque. »

Alors que des dizaines de milliers de masques chirurgicaux sont jetés dans la nature ou dans la rue depuis le début de l’épidémie du Coronavirus, une entreprise française a décidé de recycler et donner une seconde utilité à ces masques.

Après le confinement, une vague bleue et blanche s’est abattue dans les rues et dans la nature : des centaines de milliers de masques chirurgicaux se sont mit à joncher les sols. Une catastrophe environnementale qui a immédiatement poussé une jeune start-up française à développer un procédé de recyclage.

A la mi-juin 2020, l’entreprise Plaxtil, implantée à Châtellerault (Vienne), a commencé à déployer sa solution pour éviter que ces masques rendus obligatoires et composés de microfibres de polypropylène, une matière plastique non biodégradable, ne deviennent pas une fatalité pour l’environnement.

Olivier Civil et Jean-Marc Neveu, les deux directeurs quinquagénaires de cette start-up spécialisée dans le recyclage textile, travaillent avec un groupe de PME spécialisé en plasturgie, et ont ainsi déjà recyclés environ 50 000 masques. L’entreprise se revendique « circulaire, écologique et solidaire ».

Comment ça marche ?

Premièrement, les masques récoltés sont placés en quarantaine quatre jours durant. Ils sont ensuite broyés puis engouffrés une trentaine de secondes dans un tunnel ultraviolet afin d’assurer complètement la décontamination. Finalement, « on mixe cette matière avec une résine qui lui permettra de devenir une matière dure », développent les directeurs de l’entreprise. Le reste est gardé secret par la société qui ne compte pour le moment que cinq salariés…

A partir de cette matière désinfectée, tout est possible, et « les possibilités sont infinies », pointe Olivier Civil. Pour autant, lui et son associé visent dans un premier temps des produits comme des visières de protection ou des ouvres-portes, afin de continuer de lutter contre le virus. Ces produits réalisés seront remis à la mairie début septembre 2020 afin qu’ils soient redistribués gratuitement aux salariés de la collectivité ou à des associations.

Une machine lancée

Un engouement autours de ce concept a permis à l’entreprise de prendre un essor suffisamment important et de multiplier les points de collecte. Après le milieu médical comme les pharmacies et les cabinets médicaux, ce sont les commerces qui se sont joints. La start-up commence d’ailleurs à avoir beaucoup de demandes. Le ministère de l’Économie et des Finances souhaiterait même s’associer à la jeune pousse…

Un avenir certain pour cette petite entreprise, du moins temps que le virus continuera de nécessiter le port du masque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces