Greenwashing : des entreprises ciblées par les hackers parce qu’hypocrites

greenwashing entreprises ciblees hackers - SocialMag
  • Publié le: vendredi 23 octobre 2020

Selon une étude publiée le 18 septembre 2020 dans Information Systems Research, des hackers s’en prendraient à des entreprises afin de dénoncer leurs manquements en terme de RSE.

Les pirates se lancent à l’abordage de l’éco-responsabilité ! Selon une étude américaine récente publiée par des chercheurs de l’Université du Delaware dans Information Systems Research, il y aurait de plus en plus de cyberattaques contre des entreprises visant à dénoncer leur hypocrisie en matière de responsabilité sociale ou écologique.

Les hackers dénoncent au moyen de ces cyberattaques le manque d’actions concrètes de ces entreprises en terme de RSE, malgré des engagements médiatiques clairs. Parmi les cibles récentes, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui aurait failli face à la pandémie actuelle de Covid-19, mais aussi Bouygues Construction, M6 ou encore Fleury Michon.

Le profil des hackers responsables de ces attaques reste difficile à déterminer : personnes expertes dans le domaine de la RSE ou salariés révoltés, difficile de savoir qui se cache derrière ces pirates informatiques. Ce qui est sûr, c’est qu’ils posent de vrais problèmes à ces entreprises qui doivent payer pour retrouver leurs données informatiques, voire refaire fonctionner leur système interne.

En France, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information a dû gérer 104 cyberattaques depuis janvier 2020, contre 54 pour l’ensemble de l’année 2019.

Une communauté de hackers disparate

Certes, toutes les cyberattaques visant des entreprises ne sont pas le fait de hacker dénonçant le greenwashing. Mais le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur : « la communauté des hackers n’est pas homogène, et au moins quelques pirates semblent être motivés par ce qu’ils n’apprécient pas, et pas par l’appât du gain », confie John D’Arcy, principal responsable de ces travaux scientifiques.

Dans tous les cas, les entreprises sont invitées par les hackers à faire plus attention à leur communication et surtout à ne pas se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas, afin de pouvoir récupérer leurs sonnées.

Un avocat en mission

Le greenwashing préoccupe également le gouvernement. Le 22 octobre dernier, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et solidaire a adressé une mission sur « les engagements volontaires des entreprises » à l’avocat spécialiste du droit de l’environnement, Arnaud Gossement.

« Qu’il s’agisse de contrat d’engagement, de charte, ou encore de pacte, ces engagements volontaires doivent s’inscrire dans une stratégie cohérente et être suivis d’effets. La mission que je vous confie vise donc à étudier ce mécanisme d’engagements volontaires en matière environnementale ainsi que les moyens qui pourraient permettre de renforcer leur suivi et leur crédibilité ». Un rapport devra être remis par l’avocat en janvier 2021. D’ici là, les hackers auront peut être moins de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Clarins, un exemple RSE ?

    Est-il encore nécessaire de présenter Clarins, l ‘un des principaux laboratoires de cosmétiques européens ? L’entreprise qui compte environ 8 500 employés et dont le chiffre d’affaires est estimé à près de 2 milliards d’euros, se veut être un exemple

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces