Les employés de Google s’engagent pour le climat

employes google sengagent climat - SocialMag
  • Publié le: mercredi 20 novembre 2019

Dans une lettre ouverte rendue publique le lundi 4 novembre 2019, plus de 1 000 salariés de Google ont réclamé à l’entreprise d’appliquer des mesures concrètes pour l’environnement, afin d’atteindre le « zéro émission carbone » d’ici 2030.

Lundi 4 novembre 2019, plus de 1 000 salariés de Google ont adressé une lettre ouverte à Ruth Porat, le directeur financier du géant du net, réclamant des engagements pour le climat et l’environnement beaucoup plus ambitieux.

« Google est une entreprise mondiale comptant des milliards d’utilisateurs à travers le monde, dont beaucoup subissent déjà les conséquences du désastre climatique. (…) En tant qu’employés de Google, nous nous engageons à donner la priorité à nos utilisateurs, et Google doit faire de même », écrivent les « Google Workers for Action on Climate ».

Selon un rapport environnemental datant de 2018, Google serait « neutre en carbone », depuis 2007. Mais les employés demandent à l’entreprise d’aller plus loin, et d’atteindre dès 2030 le « zéro émission ».

Google, pas si modèle que ça…

The Guardian a par ailleurs récemment révélé que l’entreprise effectuait des dons à une douzaine d’organisations qui s’opposent aux mesures climatiques : « Ces contributions comprennent des fonds pour le Competitive Entreprise Institute, qui a contribué à convaincre l’administration Trump de se retirer de l’accord de Paris sur le climat », indique le quotidien.

Des financements qui posent question quant à la réelle implication environnementale du groupe.

Les « Google Workers for Action on Climate », avaient d’ailleurs affirmé, dans une publication du 17 septembre dernier, qu’« en 2018, le groupe a financé 111 membres du congrès qui ont voté contre la législation contre le climat au moins 90% du temps ».

Un bilan assez peu clair sur la question, d’autant que Google fournirait certains services à l’industrie pétrolière et gazière, selon le Financial Times. Certaines de ses technologies d’intelligence artificielle serviraient, en effet, à faciliter la recherche de pétrole et en augmenter la production. Selon les employés Google, il est temps que l’entreprise mette fin à ces contrats permettant l’extraction de combustibles fossiles et cesse le financement des lobbyistes et hommes politiques climato-sceptiques.

Les employés de la Silicon Valley prennent position

Les signataires de la lettre ouverte demandent également à Google de cesser la collaboration avec « les entités permettant l’incarcération, la surveillance, le déplacement ou l’oppression de réfugiés ou de communautés de première ligne ».

La Sillicon Valley est secouée par de réelles prises de position des salariés en faveur du climat et de l’urgence environnementale. En effet, les employés de Microsoft et d’Amazon ont récemment adressé des lettres publiques similaires aux PDG de leurs entreprises, afin de réclamer la neutralité carbone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.