La transition énergétique moins coûteuse que le changement climatique

transition energetique changement climatique - Social Mag
  • Publié le: jeudi 20 février 2020

Pour tordre le cou à l’idée reçue selon laquelle les actions de transition énergétique coûteraient trop cher, des chercheurs allemands ont comparé les coûts d’une action climatique volontariste avec ceux engendré par une hausse des températures au-delà de 2°C. La conclusion est sans appel : les effets du changement climatique coûteraient beaucoup plus cher à l’économie mondiale qu’un prompt abandon des combustibles fossiles.

Le manque de capitaux est un des sempiternels arguments qui revient régulièrement pour expliquer la difficulté à mettre en place la transition énergétique. Construire des sources d’énergies renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique, se convertir à la mobilité verte : ces actions coûtent cher.

Une étude compare les coûts de la transition énergétique et des conséquences du changement climatique

Mais refuser ces investissements, est-ce pour autant un bon pari, d’un strict point de vue économique ? C’est la question que se sont posé des chercheurs du Postdam Institute for Climate Impact Research, en Allemagne. Leur étude, publiée dans Nature, compare les coûts engendrés par différentes politiques climatiques (de l’inaction à une transition énergétique la plus rapide possible, en passant par un « simple » respect de l’accord de Paris).

Mais, pour être équitables, les chercheurs ont intégré dans leurs simulations les coûts provoqués par les désastres climatiques. En janvier 2020, le Forum Économique Mondial a d’ailleurs officiellement reconnu, pour la première fois, l’importance des risques économiques liés au changement climatique.

Rester sous les 2°C de hausse, une nécessité absolue

Les auteurs de l’étude ont volontairement choisi de s’en tenir à des stricts constats économiques, d’argent dépensé, sans aucune notion de bonheur, souffrance ou effets sur l’humanité. Et leur conclusion est sans appel : oui, les pertes économiques liées au désastres environnementaux coûteraient infiniment plus cher qu’une transition énergétique raisonnée.

Cette étude confirme aussi la nécessité de rester sous la barre de 2°C de hausse de température : « Il est remarquable de constater à quel point la limite de température de plus ou moins 2°C est solidement raisonnable, se distinguant dans presque toutes les courbes de coûts que nous avons produites », pointe un coauteur de l’étude.

« Le monde n’a plus d’excuse pour justifier de rester assis à ne rien faire — tous ceux qui disent que la stabilisation climatique serait positive, mais trop coûteuse, peuvent maintenant constater que c’est un réchauffement incontrôlé qui serait trop couteux », concluent les chercheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Le financement participatif progresse en France

    D’après le dernier bilan de l’association Financement Participatif France, la finance responsable progresse en France. Les investisseurs français ont encore été plus nombreux en 2019 à y adhérer. Un élan qui s’explique en partie par l’engouement autour des énergies renouvelables.