Mali : la Fondation Maliba à l’épreuve de la crise sanitaire

  • Publié le: mardi 19 avril 2022

Selon le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, la guerre en Ukraine pourrait entraîner une crise alimentaire mondiale. Les pays africains seraient particulièrement concernés, notamment le Mali. Cet Etat pauvre d’Afrique de l’ouest pourrait connaitre des pénuries sévères et une flambée des prix sans précédent. Ce qui risque d’aggraver la faim et la pauvreté, et d’éprouver parallèlement la chaîne de solidarité. La Fondation Maliba, une organisation philanthropique créée en 2012 par le milliardaire malien Aliou Diallo, entend relever ce nouveau défi par des actions concrètes sur le terrain.  

La guerre russo-ukrainienne fait craindre une crise alimentaire mondiale majeure. En effet, les parties en conflit, en l’occurrence la Russie et l’Ukraine, sont les greniers de l’Europe, voire de la planète. En particulier pour ce qui concerne le blé, matière première essentielle pour la fabrication de produits alimentaires comme le pain. La Russie et l’Ukraine pèsent pour 15% de la production mondiale de cette céréale et près de 30% des exportations. Le 14 mars dernier, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exprimé ses craintes sur un possible « ouragan de famines » et des émeutes de la faim dans certains pays. Il a principalement porté ses inquiétudes sur l’Afrique, continent qui souffre déjà de ces fléaux.

Aucun sacrifice n’est de trop pour le Mali

Selon le patron des Nations Unies, des pays comme l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie, la Somalie, le Burkina Faso et le Mali pourraient être sévèrement touchés par les pénuries et la flambée des prix. Au Mali, la situation actuelle en Ukraine inquiète d’autant que cet Etat est déjà confronté aux sanctions de la CEDEAO. Face à l’urgence humanitaire, des organisations philanthropiques comme la Fondation Maliba ont décidé de renforcer leurs actions sur le terrain. Son fondateur Aliou Diallo a récemment indiqué qu’aucun sacrifice n’était de trop pour sa nation. Le PDG d’Hydroma prévoit par conséquent d’accélérer et de densifier son programme d’aide, de formations et d’équipements dans les zones rurales comme urbaines du Mali.

Installation de moulins à grain et de forages d’eau

Depuis plusieurs années déjà, sa Fondation Maliba est au front contre la misère et la faim qui constituent un terreau fertile au terrorisme ainsi qu’à la guerre. Pour améliorer la vie des Maliens dans l’immédiat, cette organisation procède à la distribution mensuelle de vivres (riz, mil, sucre et lait) à hauteur de plusieurs dizaines de millions de Francs CFA. Ces dons concernent en grande partie les victimes du terrorisme, dont ceux de Tombouctou et de Ségou réinstallés dans des camps de réfugiés à Bamako. L’association aide également les commerçants maliens à reprendre leurs activités après l’incendie de leur marché, comme à Nara en mars 2018 et à Kayes en juillet 2019. Elle contribue ainsi à remettre en place le circuit de distribution alimentaire.

En outre, la Fondation Maliba distribue régulièrement du matériel de transformation alimentaire (séchage de poisson) à des coopératives de femmes et installe des moulins à grain dans des villages. On compte à ce jour, plus de 300 moulins distribués aux organisations féminines. Par ailleurs, elle initie chaque année des programmes d’installation de forages d’eau équipés en pompes solaires, dans le milieu rural. Plus de 500 forages ont été déjà construits. Ces installations ont permis à plus de 400.000 personnes d’avoir accès à de l’eau. La Fondation se donne maintenant comme objectif plus d’un million de Maliens.

Financement de plus de 700 projets générateurs de revenus

Notons que l’installation de forages d’eau potable s’accompagne toujours de l’aménagement de zones de maraîchage pour les coopératives féminines. De quoi permettre aux braves Maliennes d’avoir une activité économique, mais également de contribuer à l’autosuffisance alimentaire. Ces femmes bénéficient également de financement de la part d’Aliou Diallo pour la création de leur entreprise ou commerce. Le milliardaire malien a financé à ce jour plus de 700 projets qui ont permis de créer environ 3.500 emplois directs et indirects. Enfin, la Fondation Maliba forme chaque année des femmes dans la fabrication et la commercialisation de produits d’hygiène comme le savon moderne, l’eau de javel et le détergent. Plus de 5.000 femmes ont déjà bénéficié de ce genre de programme. Avec leur commerce, ces femmes d’affaires pourront nourrir leurs familles et contribuer aux dépenses familiales. Elles gagnent ainsi, par la même occasion, leur autonomie financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS