Travailler moins pour polluer moins

travailler moins pour polluer moins - SocialMag
  • Publié le: lundi 17 avril 2023

Dans un entretien à France Info, faisant suite à une tribune d’activistes climatiques et de scientifiques s’opposant à la réforme des retraites, la chercheuse Yamina Saheb, docteure en énergétique et autrice du GIEC, appelle à un changement de paradigme économique, indispensable pour faire face au changement climatique.

La réforme des retraites, contraire aux objectifs climatiques ? La thèse est défendue par un collectif d’associations, d’activistes et de scientifiques, qui signent, le 5 avril 2023, une tribune pour France Info, baptisée Pour le climat, l’urgence est avant tout de réduire notre temps de travail.

« Travailler plus, c’est produire plus, c’est extraire plus, c’est polluer plus »

« Travailler plus, c’est produire plus, c’est extraire plus, c’est polluer plus. Construite sur un modèle économique productiviste insatiable, destructeur du climat et de la biodiversité, la réforme des retraites va à rebours de l’urgence, la vraie », indiquent les signataires.

« Le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) ne nous prédit pas un monde invivable en 2050, le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) », ajoute-t-il, en appelant à manifester contre la réforme du gouvernement, allongeant de deux ans la durée légale de départ en retraite.

« Le sens du progrès, notamment dans sa dimension sociale, doit nous mener vers une société juste, équilibrée et permettre de vivre mieux, d’avoir du temps pour nous, de choisir ce que l’on produit et comment on le produit. L’humain devient un obstacle pour le capitalisme libéral qui préfère les machines qui ne font pas grève, ne se mettent pas en arrêt de travail et qui ne prétendent pas à la retraite ! », précise également la tribune.

« Le coût de l’inaction est supérieur au coût de la décarbonation »

Sur l’antenne de France Info, l’économiste Yamina Saheb, chercheuse à l’OFCE, docteure en énergétique et autrice du GIEC, revient sur une colère qui monte dans la jeune génération, et sur la nécessité de revoir le logiciel économique de nos sociétés pour répondre aux impératifs climatiques.

« Cela se voit que les jeunes se projettent dans le futur et pas dans le modèle économique dans lequel nous avons grandi. La réforme des retraites n’est rien d’autre que la poursuite d’un modèle économique qui a atteint ses limites et les jeunes n’en veulent pas. Ils veulent un modèle davantage tourné vers l’économie du bien-être et du partage », pointe la chercheuse.

Elle appelle de ses vœux un changement structurel profond, qu’impose l’urgence climatique. Elle rappelle que « le coût de l’inaction est supérieur au coût de la décarbonation », et fustige les mesures climatiques du gouvernement français, qui « essaye d’être dans le XXIe siècle avec le système du XXe siècle qui a atteint ses limites économiques et sociétales ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE, un levier puissant pour renforcer la diversité

    La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est devenue un pilier incontournable dans le monde des affaires, marquant un changement significatif dans la manière dont les entreprises interagissent avec la société. Au-delà de ses implications environnementales et éthiques, la RSE joue

le Coin ESS