Élisabeth Borne demande à EDF de réfléchir à un scénario 100% renouvelable

elisabeth borne edf scenario renouvelable - SocialMag
  • Publié le: vendredi 15 novembre 2019

La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, n’est pas d’accord avec le président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, à propos de la construction de nouvelles centrales nucléaires. Elle lui a demandé de « réfléchir » à la question de la sortie du nucléaire et d’envisager un scénario 100% énergies renouvelables.

Le dimanche 10 novembre 2019, la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a « invité » le président d’EDF, à « réfléchir au scénario 100% renouvelables, sur lequel travaille le gouvernement ».

Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, avait en effet déclaré en octobre dernier qu’« il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires ». Élisabeth Borne avait estimé ne pas partager l’avis du PDG, rappelant au passage que « la politique énergétique, c’est plutôt le gouvernement et en particulier la ministre en charge de l’énergie qui doit la définir ».

Un scénario 100% énergies renouvelables

En 2018, 22,7% de l’électricité consommée était d’origine renouvelable. L’objectif du gouvernement est d’atteindre 40% en 2030. « L’objectif est de réduire la part du nucléaire à 50% d’ici 2035. Au-delà, on doit avoir tous les scénarios sur la table avec un objectif d’assurer pour tous les Français et les entreprises une électricité abordable », a déclaré Élisabeth Borne sur France Inter, France Télévisions et au Monde.

« Je vous confirme qu’on étudie à la fois un scénario dans lequel on continue à faire de nouvelles centrales nucléaires, et aussi un scénario 100% renouvelables. On doit avoir tous les éléments sur la table mi 2021. On a dit qu’on ne prendrait pas de décision sur de nouvelles centrales nucléaires avant la mise en service de Flamanville », a-t-elle expliqué.

Malgré ses difficultés, EDF étudie le projet de construction de six nouveaux EPR en France, pour une facture totale d’environ 46 milliards d’euros. L’électricien français évalue le coût unitaire de ces éventuels EPR à 7,5 milliards d’euros, selon un rapport interne révélé par Le Monde, samedi 9 novembre dernier.

Partenariat avec l’Ademe

La ministre a ensuite déclaré qu’« on n’est pas les seuls (pays) à étudier ce genre de scénario (100% renouvelables). C’est un scénario que nous étudions avec l’Agence internationale de l’énergie, et on souhaite avoir les éléments mi-2021 car ce ne sont pas des sujets totalement triviaux ».

Elle a par ailleurs rappelé que « l’énergie nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre, c’est un plus » avant de préciser que « ça produit des déchets, on en a pour des centaines de milliers d’années, c’est un moins ». Arnaud Leroy, directeur de l’Ademe a rapidement réagi aux propos d’Élisabeth Borne : « L’Ademe est disponible pour échanger sur ce sujet, les équipes ont quelques idées ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.