La Chine présente un plan écologique afin de devenir plus verte

chine presente plan ecologique afin de devenir plus verte - SocialMag
  • Publié le: mercredi 3 juin 2020

La Chine, réputée pour être le pays le plus pollueur de la planète, a établi un plan de protection écologique afin, dans les quinze prochaines années, d’étendre ses forêts. Le pays se veut en guerre contre la propagation de gaz à effet de serre.

Difficile d’imaginer la Chine sans ce constant épais brouillard de pollution, causé par l’industrie du charbon, élément central de la croissance chinoise. Chaque année, depuis 2006, Pékin est responsable de plus d’un quart des émissions CO2 mondiales.

Pourtant, cette année, le ministère chinois des Finances va affecter près de 52 milliards d’euros à l’écologie et à la protection de l’environnement. « Nous devons établir fermement ce concept de civilisation écologique socialiste. Développer une relation harmonieuse entre l’Homme et la nature et tout faire pour protéger l’environnement pour les futures générations », a déclaré Xi Xinping, le président chinois. C’est dans ce contexte que le pays vient d’établir un plan écologique qui devrait se dérouler sur les quinze prochaines années.

L’objectif de ce plan est d’étendre la couverture forestière de 26% et de contrôler 75% des terres sablonneuses récupérables. 200 millions d’hectares de forêts naturelles seront maintenues et 60% des zones humides seront protégées. Soit un tiers des côtes naturelles. La Chine ambitionne, d’ici 2035, que18% de son territoire soit constitué de resserves naturelles.

Neuf projets devraient voir le jour au cours des quinze prochaines années, notamment dans la protection des eaux du pays, comme le souligne Wu Xiao, journaliste chinois : « Notre défi est de protéger les ressources en eau du pays. Un système à solutions multiples doit être construit avec une plus grande implication du nouveau support technologique ».

Un paradoxe

Première pollueuse sur la liste mondiale, la Chine s’engage pourtant depuis quelques années dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le ministère chinois de la Protection de l’environnement a estimé le coût de la pollution à plus de 204 milliards d’euros, soit 3,5% du PIB, selon un rapport du think thank américain Council on Foreign Relations. Plus d’un million de morts liées à la pollution sont encore recensés.

Depuis le départ des États-Unis de l’accord de Paris, les présidents Français et Chinois s’accordent sur le fait que le processus enclenché est « irréversible ». Depuis 2014, plusieurs mesures ont été mises en place afin de contrer les courbes croissantes de la pollution : usines fermées, taxes anti-pollution et interdiction de se chauffer au charbon.

« La situation est un peu paradoxale. La Chine brune et la Chine verte vont devoir cohabiter durant quelques décennies. La dépendance au charbon est encore forte. 1 400 centrales sont encore en fonctionnement sur le territoire. Mais d ‘énormes efforts sont consentis sur l’éolien, et sur le solaire », détaille Jean-François Huchet, spécialiste de l’économie de l’Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS