La France accélère sur les biocarburants aéronautiques

france accelere biocarburants aeronautiques - Social Mag
  • Publié le: lundi 3 février 2020

Le lundi 27 janvier 2020, la France a officiellement présenté sa feuille de route pour le développement des biocarburants aéronautiques, par la voix de sa ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne. Le transport aérien demeure l’un des pans de l’économie les plus difficile à décarboner : les biocarburants de seconde génération, durables, sont actuellement la seule solution mature.

Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, ont donc dévoilé la feuille de route nationale pour le développement des biocarburants aéronautiques durables, en présence de représentants des cinq groupes industriels partenaires : Air France, Airbus, Safran, Total et Suez Environnement.

2% de biocarburants en 2025, 5% en 2030, 50% en 2050 ?

Ce document « précise l’ambition et la stratégie que la France pourrait développer en matière de biocarburants aéronautiques durables dès 2025 », selon Elisabeth Borne. Dans le détail, cette feuille de route prévoit une substitution des carburants fossiles (kérosène) par des biocarburants de seconde génération à hauteur de 2% en 2025, puis de 5% en 2030. L’objectif demeure toujours d’atteindre les 50% à horizon 2050.

Les biocarburants de seconde génération sont produit à partir des parties non comestibles des plantes et des déchets agricoles, pour éviter (contrairement aux très critiqués biocarburants de première génération) la concurrence avec l’agriculture vivrière et permettre de cultiver, sur une même surface, de la nourriture et des matières premières pour ces biocarburants.

Les biocarburants aéronautiques durables, seule solution mature pour décarboner le transport aérien

« Tout l’enjeu aujourd’hui porte sur la massification de la production », indique Jean-Baptiste Djebbari. Pour ce faire, l’exécutif ont lancé, le même jour, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) sur la production de biocarburants aéronautiques durables. Le but est de mettre en place « des mesures d’accompagnement et d’incitations permettant de favoriser les investissements », selon les 5 industriels signataires de la feuille de route : « la mise en place d’une filière économiquement viable et pérenne est indispensable à l’accélération de l’utilisation des biocarburants durables dans l’aviation », complètent-ils.

Les biocarburants durables sont, actuellement, la seule technologie mature pour décarboner efficacement le transport aérien – ni l’électrique (pour des raisons de puissance) ni l’hydrogène (pour des raisons de sécurité) n’étant pour l’heure convaincants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS