La mode anglaise dit non à la fourrure

  • Publié le: mardi 2 octobre 2018

Alors que la fashion week de Londres doit s’ouvrir dans quelques jours, le British Fashion Council vient d’annoncer que la fourrure est désormais bannie des podiums. Une décision qui a aussitôt été saluée par plusieurs associations de défense des animaux.

Depuis près d’une dizaine d’années, la fashion week anglaise a pris l’habitude d’être prise à parti par des militants qui demandent l’interdiction de la commercialisation de la fourrure. Le mouvement a pris tellement d’ampleur que le British Fashion Council, responsable de l’organisation de la fashion week de Londres, a décidé de lancer une vaste concertation avec les principales maisons de mode. Le Conseil a ainsi demandé aux différentes marques concernées si elles étaient prêtes à renoncer à utiliser des fourrures animales pour les collections présentées pendant les défilées. La concertation a débouché sur un avis en faveur de l’abandon de cette matière d’origine animale.

Plusieurs marques anglaises, Stella McCartney en tête, sont depuis longtemps opposées à l’usage de la fourrure animale dans la mode. Dès les prochains défilés, aucune fourrure animale ne sera présente sur les podiums. Une première victoire décisive à l’heure où l’industrie de la mode tente de devenir plus vertueuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Prada renforce sa stratégie RSE avec un conseil consultatif

    La marque de luxe italienne Prada a annoncé qu’elle allait se doter d’un nouvel organe RSE en interne. Ce futur conseil consultatif devra piloter des initiatives pour assurer une meilleure représentation de la diversité au sein de l’entreprise et dans

le Coin ESS

  • Les frigos solidaires ont trouvé leur place

    En l’espace d’un an seulement, le concept des frigos solidaires a séduit les français. On en compte déjà une vingtaine sur l’ensemble du territoire. Et leur nombre va encore augmenter dans les prochains mois. Tout est parti d’une idée simple.