« Big Tour » : le festival des entrepreneurs s’apprête à sillonner la France

Festival Big Tour BPI France
  • Publié le: mercredi 2 mars 2022

Après deux ans de crise sanitaire, Bpifrance, l’organisateur de cette « caravane de l’entrepreneuriat », veut croire que l’esprit d’entreprise, en France, est plus vivace que jamais. Cette année, l’innovation et l’emploi seront à l’honneur, et l’accent mis sur la formation.

En France, les entrepreneurs ont, eux aussi, leur festival. Il s’agit du « Big Tour », organisé par Bpifrance (banque publique d’investissement), qui, comme son nom l’indique, consiste en un tour de France pour faire découvrir au grand public le savoir-faire tricolore, le tout ponctué par des concerts. Le top départ sera donné le 5 mars à Strasbourg, et la caravane Bpifrance sillonnera l’Hexagone jusqu’à l’automne (plus de 30 dates, Corse et Outre-Mer compris).

Après deux années sous Covid-19, les organisateurs du Big Tour en sont convaincus : la crise sanitaire n’a pas érodé l’esprit d’entreprise des Françaises et des Français ; il y a des forces vives dans le pays qui ne demandent qu’un coup de pouce pour se lancer. « Les vies rectilignes, ça n’existe plus. […] En France, nous assistons à une vague entrepreneuriale », veut croire Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, d’après qui « le pays doit se métamorphoser ».

 

« Plus il y a du digital, plus il faut du physique »

 

Depuis dix ans, la banque publique accompagne les porteuses et les porteurs de projets en leur octroyant des financements, en suivant leurs progression entrepreneuriale, et en leur proposant, le cas échéant, des formations. Aujourd’hui, « la relance est déjà là et l’économie forte comme rarement en France », estime Nicolas Dufourcq, qui attend du Big Tour qu’il incite la population à se lancer dans l’entrepreneuriat – il faudrait, selon lui, deux fois plus d’entrepreneurs dans l’Hexagone.

Et pour ce faire, les organisateurs du festival misent sur deux leviers : l’innovation et l’emploi, qui viendront appuyer un espace dédié à la formation – une première sur le Big Tour –, où les étudiants et demandeurs d’emploi pourront travailler leur CV, rencontrer des organismes de formation, voire, pourquoi pas, dénicher un job à l’issu d’un entretien – de nombreux recruteurs seront présents à chaque étape du tour. L’idée étant de présenter aux Françaises et aux Français des secteurs ou des métiers qu’ils connaîtraient mal, ou pas du tout.

Parmi les entreprises qui feront partie de la caravane du Big Tour, Hubside.Store, leader tricolore de la vente de matériel multimédia neuf et reconditionné, espère ainsi recruter pas moins de 900 nouveaux talents. Tout comme Nicolas Dufourcq, d’après qui « plus il y a de digital, plus il faut du physique », Hubside.Store se base sur un modèle hybride, et dispose d’une centaine de boutiques en France, afin de faire rimer économie circulaire avec économie de proximité. L’entreprise, d’ailleurs, compte doubler le nombre de ses implantations physiques cette année.

 

« Susciter des vocations au gré de l’innovation »

 

Autre entreprise présente dans le peloton du Big Tour, Teréga, concepteur de solutions innovantes afin d’optimiser la consommation énergétique et contribuer, in fine, à la neutralité carbone en France, compte sur le festival pour faire la promotion de la « dynamique qui anime [le secteur de l’énergie gazière] », selon Dominique Mockly, son président-directeur général. Et, pourquoi pas, « susciter des vocations pour des métiers qui évoluent en permanence au gré de l’innovation ».

Marché de l’occasion, énergie de demain, digital… le Big Tour, ancré dans les problématiques du moment, fera la part belle, également, à la mobilité et à la ville connectée : OPCO Mobilités, qui promeut les métiers du transport, suivra la caravane du festival, afin de présenter les opportunités d’emplois dans un secteur qui évolue. Au menu, notamment, une visualisation 3D de la ville de demain, où l’interconnexion des moyens de mobilité deviendra la norme. 

Alors à vos billets de train ou vos services de mobilité partagée, si vous souhaitez partir à la rencontre des entrepreneurs du moment, sur la trentaine d’étapes proposées par le Big Tour, qui cherche, avant tout, à casser les idées reçues. « Il faut rendre l’économie spectaculaire, populaire, physique et vivante », estime Nicolas Dufourcq. Tout un programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS