Comment couper leurs cornes aide à sauver les rhinocéros des braconniers

  • Publié le: jeudi 31 mai 2018

Violent mais sans effusion de sang, l’écornage est considéré comme un mal nécessaire par les militants anti-braconnage en Afrique du Sud

Muni d’un pistolet à fléchettes, le vétérinaire Mike Toft vient de tirer depuis un hélicoptère au-dessus de la réserve de Somkhanda en Afrique du Sud, un puissant cocktail de drogues sur le rhinocéros blanc massif en contrebas.

La bête de 2 000 kg commence à tituber et s’effondre lentement sur à ses genoux lorsque les médicaments commencent à entrer en action. Bien qu’immobilisé, le rhinocéros est conscient. Ainsi, une fois qu’il est correctement positionné par une équipe au sol, des bouchons d’oreilles en mousse et un bandeau sur les yeux sont placés sur sa tête pour réduire les niveaux de stress.

Après avoir marqué le point de coupe idéal pour éviter d’endommager les plaques de croissance vivantes à la base des cornes, le vétérinaire allume une tronçonneuse et coupe les deux cornes de l’animal.

Il y a moins de 30 000 rhinocéros dans le monde

Ces cornes magnifiques, qui ont contribué à protéger cette espèce pendant des millions d’années, sont la raison pour laquelle plus de 7 000 rhinocéros ont été tués en Afrique du Sud au cours de la dernière décennie. Le désir d’obtenir de la corne de rhinocéros persiste, que ce soit pour de la médecine traditionnelle ou bien comme remède pour soigner la « gueule de bois » ou encore pour obtenir un certain statut social, et conduit au massacre de plus de 1 000 animaux chaque année dans le pays qui a la plus grande population de rhinocéros dans le monde.

Dans le monde entier, la situation est grave. Le rhinocéros blanc du Nord est devenu fonctionnellement éteint après la mort du Soudan, le dernier mâle, en mars, tandis que la population de rhinocéros noirs est descendue à environ 5 200 individus. La situation des rhinocéros d’Asie est également sombre : il n’y a que 3 200 rhinocéros indiens survivants, environ 76 rhinocéros de Sumatra et 60 rhinocéros de Java. Il y a moins de 30 000 rhinocéros dans le monde, le rhinocéros blanc du sud de l’Afrique étant l’espèce la plus peuplée avec environ 20 000 individus.

Ces chiffres alarmants ont poussé les gestionnaires de la faune dans plusieurs réserves sud-africaines à franchir l’étape drastique consistant à scier des centaines de cornes chaque année, avant que les groupes criminels ne s’en emparent. Le risque d’être braconné pour les animaux sans cornes est considérablement réduit.

La stratégie a produit des résultats spectaculaires dans plusieurs réserves. Chris Galliers, président de l’Association des Rangers d’Afrique, a analysé les statistiques de braconnage sur la période de 2010 à 2015 dans la province du sud-est du KwaZulu-Natal et a constaté que près d’un quart des décès de rhinocéros avaient lieu dans des réserves privées. Mais au cours des deux dernières années et demi, coïncidant avec les efforts d’écornage intensif, cela a chuté à 5%.

Une solution non optimale mais qui constitue un mal nécessaire

Mike Toft a enlevé près de 1 800 cornes de 900 rhinocéros au cours des trois dernières années dans le KwaZulu-Natal, qui a été fortement ciblé par les braconniers. Chris Gallier et Mike Toft reconnaissent que l’écornage n’est pas une solution permanente ou idéale à la crise. « Ce n’est pas quelque chose que nous voulons faire. C’est cher et envahissant mais nous croyons que c’est un mal nécessaire », précise Chris Galliers, notant qu’il en coûte environ 660 € pour écorner en toute sécurité un rhinocéros.

Le coût représente l’embauche de pilotes d’hélicoptères et de vétérinaires qualifiés. Chris Galliers, également responsable de l’initiative anti-braconnage Project Rhino, souligne que l’écornage doit être répété tous les 18-24 mois à mesure que les cornes repoussent naturellement.

Malgré tout, la solution n’a pas solutionné totalement le problème puisqu’il y a eu des cas d’animaux décornés ayant été abattus pour leurs souches. Mike Toft a mis au point une méthode pour éliminer autant de corne que possible sans causer de douleur au rhinocéros ni endommager ses plaques de croissance. La corne est enlevée à environ trois largeurs de doigts de la base, puis la souche est encore taillée sur les bords avec une meuleuse d’angle, permettant l’enlèvement de 2 kg de corne supplémentaire sur un grand rhinocéros.

L’opération est bruyante et violente, mais il n’y a pas de sang – et Toft insiste sur le fait qu’il n’est pas plus douloureux que de couper vos ongles si c’est fait correctement.

Les deux militants pensent que l’écornage pourrait aider à sauver les rhinocéros menacés ailleurs en Afrique et en Asie. Mais le coût que cela représente réduit la zone aux petites et moyennes réserves.

L’écornage des rhinocéros sélectionnés n’est pas une solution, car ceux qui n’ont pas de cornes seraient plus vulnérables dans les combats de territoire. Dans les parcs où l’ensemble de la population de rhinocéros est écornée, tous les animaux subissent le même désavantage. « Mais les rhinocéros écornés peuvent encore repousser les lions en utilisant leur masse considérable comme une arme », ajoute Mike Toft.

Pour les chasseurs de trophées, l’objectif est d’acquérir à la fois la tête et les cornes. Beaucoup d’autres animaux à cornes sont chassés : les éléphants sont abattus pour leur ivoire, mais le vétérinaire ne pense pas que l’on puisse les couper comme ce qui est fait pour les rhinocéros. Les défenses sont partiellement creuses et contiennent des racines et des nerfs sensibles. Bien qu’il soit possible d’enlever la partie solide, un grand volume de défense devrait rester intact, ce qui pourrait encore attirer l’attention des braconniers. Les défenses sont aussi des outils essentiels pour que les éléphants puissent dépouiller l’écorce des arbres ou déterrer des racines et des tubercules succulents.

Pour l’instant, l’écornage semble être un succès en tant que mesure d’urgence, permettant de gagner du temps alors que le débat vieux de plusieurs décennies se poursuit sur la façon de mettre fin à la demande de cornes de rhinocéros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris

    Afin de sensibiliser la population à la nécessité de l’investissement responsable, une association a installé une reproduction d’un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris.  L’ours polaire, devenu le symbole du dérèglement climatique suite à la diffusion d’une image