Pêche en eaux profondes : Intermarché cède devant les ONG

  • Publié le: jeudi 31 mars 2016

Le distributeur français Intermarché a annoncé mardi dernier qu’il comptait faire évoluer ses pratiques de pêche et renoncer à la technique de pêche en eaux profondes, décriée par les associations pour son impact négatif sur les fonds marins.

Le chalutage en eaux profondes est une technique de pêche qui a beaucoup fait parler d’elle depuis quelques années. Plusieurs associations écologistes dénoncent en effet les effets dévastateurs de ce procédé qui détruit les fonds marins et les « raclant » pour pêcher les poissons. Une pétition, lancée en 2013 par l’association Bloom et relayée par les dessins de l’illustratrice Pénélope Bagieu, avait réussi à récolter plus de 900 000 signatures. Dans les dessins, c’était l’enseigne Intermarché qui était pointée du doigt à cause des mauvaises pratiques de sa flotte. Une mauvaise publicité dont ce serait bien passée l’entreprise.

Mardi, Intermarché a annoncé par communiqué de presse la mise en place d’un plan de pêche durable. A l’horizon 2025, plus aucun bateau de sa flotte n’aura recours au chalutage en eaux profondes. Une initiative lente qui va nécessiter 50 millions d’euros pour transformer les pratiques de pêche sans mettre en péril l’emploi des marins ni l’approvisionnement des magasins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement