Droit du travail : le Qatar à nouveau pointé du doigt

  • Publié le: mercredi 30 décembre 2015

Ce n’est pas la première fois qu’un rapport critique le droit des travailleurs au Qatar. Depuis le lancement des travaux pour accueillir la Coupe du monde de football 2022, de nombreuses ONG ont fait entendre leurs voix pour dénoncer les conditions de travail. Le nouveau rapport de la Confédération Syndicale Internationale est alarmant.

« Tout ce que le gouvernement a fait, c’est codifier l’esclavage. » La présidente de la CSI n’est pas tendre à l’égard du pays organisateur de la Coupe du monde. Et pour cause, le rapport observe que, loin de s’être améliorées, les conditions de travail au Qatar sont de pire en pire. En effet, le pays n’a pas modifié son code du travail comme il l’avait annoncé. Il faudra attendre 2017 pour qu’une nouvelle loi arrive. En attendant, les travailleurs, et en particuliers les travailleurs étrangers, sont exposés à des accidents, des maladies, voire des morts sur leur lieu de travail. La Confédération dénonce des salaires trop faibles et des discriminations basées sur des critères raciaux. Pire : les travailleurs peuvent être loués sans leur consentement à une autre entreprise pendant un an.

Bien loin des normes internationales en matière de droit du travail, le Qatar fait de plus en plus l’objet de critiques. Sans pour autant que la moindre amélioration soit annoncée par le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le MEDEF s’engage pour l’entreprise contributive

    “Vers l’entreprise contributive” : c’est le thème choisi par le MEDEF et l’ORSE pour un colloque qui aura lieu le 25 février prochain. Un thème qui ne doit rien au hasard : le MEDEF a choisi de s’engager sur la

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.