L’huile de palme et l’esclavage moderne

  • Publié le: mercredi 30 novembre 2016

Une enquête menée par Amnesty International sur les conditions de travail dans des plantations de palmiers à huile révèle de nombreuses atteintes aux droits humains. Plusieurs multinationales sont également montrées du doigt pour avoir fermé les yeux ces conditions de travail révoltantes.

Le commerce d’huile de palme est l’un des plus lucratifs de l’industrie agro-alimentaire mondiale. Il existe plusieurs pays dans lesquels les plantations de palmiers à huile sont particulièrement développées, et l’un d’eux est l’Indonésie. C’est là-bas que l’entreprise Wilmar a développé son activité jusqu’à devenir le premier producteur mondial d’huile de palme. Un producteur qui approvisionne plusieurs géants de l’alimentaire tels que Unilever, Nestlé ou encore Kellogg’s. L’ONG Amnesty International a voulu faire la lumière sur les conditions de travail dans ces plantations, et elle a envoyé des spécialistes pour enquêter sur le terrain en interrogeant des ouvriers et en visitant des sites de production. Les conclusions de l’enquête sont sans ambiguïté : le commerce de l’huile de palme se fait au détriment des Droits de l’Homme.

Ce que révèle l’enquête d’Amnesty International, c’est que les travailleurs sont soumis à un système d’esclavage moderne. Ainsi, les ouvriers qui manipulent des produits toxiques n’ont pas de protection et inhalent régulièrement les vapeurs des pesticides. Des femmes sont soumises au travail forcé, un travail pour lequel elles sont rémunérées en-dessous du minimum légal. Enfin, des enfants de huit ans travaillent dans des conditions dangereuses au mépris de la législation du droit du travail.

Ironie de la situation, cet esclavage moderne des travailleurs n’a pas empêché plusieurs plantations de recevoir le précieux sésame du label « huile de palme durable ». Amnesty International appelle à une meilleure transparence dans la chaîne de fabrication des produits et demande instamment à ce que Wilmar révise les conditions de travail de ses employés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly