COP 21 : détournements publicitaires pour dénoncer l’hypocrisie des entreprises

  • Publié le: lundi 30 novembre 2015

Les parisiens ont eu une drôle de surprise samedi matin en se promenant dans les rues de leur ville : ils ont pu constater que des panneaux publicitaires avaient été remplacés par des détournements critiquant l’hypocrisie des grandes entreprises en matière de défense de l’environnement.

Au total, ce sont 600 affiches publicitaires du groupe JC Decaux qui ont été visées ce week-end par le mouvement Brandalism, une association anglaise. Les activistes ont remplacé les panneaux publicitaires classiques par des affiches truquées, réalisées par des artistes d’une vingtaine de pays différents. Les publicités visées étaient toutes celles de grands groupes dans le viseur des ONG (Volkswagen, Air France, Engie…) ainsi que des entreprises qui sponsorisent la COP 21, comme c’est le cas de JC Decaux. Les différents chefs d’état présents au sommet de Paris sont également représentés. Sur chaque affiche, le message publicitaire est détourné pour critiquer l’insuffisance des engagements pris par les entreprises, plus soucieuses de leur image de marque que des enjeux écologiques.

Le Groupe GC Decaux a annoncé publiquement qu’il allait tout mettre en œuvre pour identifier rapidement les affiches détournées et les remplacer par les panneaux habituels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly