Brésil : le gouvernement veut faire payer les pollueurs

  • Publié le: lundi 30 novembre 2015

Le 5 novembre dernier, le Brésil a dû faire face à une catastrophe sans précédent : un barrage de déchets miniers a cédé dans le sud-est du pays, entraînant une coulée de boue toxique. Bien décidé à faire condamner les sociétés responsables, le gouvernement brésilien a annoncé son intention de saisir la justice et de demander 5,2 milliards de dollars de réparation.

Les dommages sont très importants : un village entier ravagé par la coulée de boue, et au moins treize personnes mortes. Mais ce qui effraie le plus les autorités, ce sont les conséquences écologiques. Car la coulée de boue contenait des produits toxiques comme du plomb, de l’arsenic ou encore du chrome. Or, cette coulée de boue a touché le bassin du fleuve Rio Doce, le deuxième fleuve le plus important du pays, et une source d’eau pour les animaux et les hommes. Sur son passage, la coulée de boue a également causé des dommages à plusieurs zones de forêt tropicale protégée.

Autant de conséquences auxquelles le gouvernement brésilien estime ne pas pouvoir faire face seul. Il a donc décidé d’attaquer en justice la compagnie propriétaire du barrage, Samarco, ainsi que les deux entreprises actionnaires, Vale et BHP Billiton. Les dommages et intérêts réclamés serviront à indemniser les victimes et à faire face aux conséquences écologiques de cette catastrophe environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Un maillot de champions, pas vraiment éthique

    Le nouveau maillot des vainqueurs du mondial de football est vivement critiqué pour l’écart constaté entre son coût de production et son prix de vente. Suite à sa victoire lors de la Coupe du monde de football, l’équipe de France

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement