L’Europe fait marche arrière sur les diesels

  • Publié le: vendredi 30 octobre 2015

Alors que le scandale Volkswagen est encore au cœur de l’actualité, l’Union Européenne vient d’annoncer cette semaine qu’elle allait imposer une nouvelle série de tests aux véhicules diesel pour leur homologation. Mais dans le même temps, Bruxelles a aussi décidé d’augmenter les seuls de tolérance pour les émissions d’oxyde d’azote.

Afin de mieux encadrer les véhicules diesel qui sont au cœur des préoccupations de nombreuses associations écologistes, l’Union Européenne avait décidé depuis plusieurs mois de faire entrer une nouvelle série de tests dans le processus d’homologation d’un nouveau véhicule : désormais, les constructeurs devront réussir un test de situation en conduite réelle en plus des tests de laboratoire. Une décision qui avait été motivée par un constat alarmant : en moyenne, les émissions en conduite réelle dépassent de 400% celles de laboratoire. Bruxelles a décidé qu’à partir de janvier 2017, la différence ne pourrait pas être supérieure à 110%, avec un objectif de seulement 50% de différence à l’horizon 2020.

Ces décisions contradictoires irritent déjà les représentants écologistes qui dénoncent la trop grande souplesse de l’Union Européenne à l’égard des constructeurs automobiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE : Hub One obtient la médaille d’or EcoVadis

    Hub One, opérateur de technologies digitales pour les entreprises, a obtenu la médaille d’or EcoVadis pour sa performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Avec une note de 74/100, le groupe dirigé par Guillaume de Lavallade améliore de 4 points son

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.