LUSH veut mobiliser ses clients

  • Publié le: mercredi 30 septembre 2015

Fer de lance des entreprises eco-responsables depuis sa création en 1995, l’entreprise de cosmétiques anglaise se mobilise en ce moment contre le Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement entre l’Europe et les Etats-Unis.

L’engagement en faveur de l’environnement et des droits de l’Homme, LUSH en a fait son ADN. Très engagée, la marque a l’habitude de mettre en place des événements coups de poing dans ses boutiques du monde entier. Régulièrement, des pétitions sont disponibles en boutiques pour mobiliser les consommateurs et les inviter à s’engager pour différentes causes.

En ce moment, LUSH participe à une grande compagne d’opposition contre le TTIP. En plus d’une communication présente en magasins et sur le site web de la marque, l’entreprise anglaise propose à la vente un produit exclusif (une poudre de douche) dont le packaging a été dessiné par la créatrice de mode britannique Vivienne Westwood. Un nouveau coup d’éclat qui illustre à la fois l’engagement de la marque (tous les bénéfices seront reversés à des mouvements activistes agissant contre le TTIP) mais aussi sa stratégie de fidélisation de la clientèle : pour les clients, ces campagnes sont de vraies opportunités de se transformer en consom’acteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • RSE et marchés publics : les liaisons dangereuses ?

    Depuis quelques années, les critères RSE ont été mis en avant par le code de la commande publique. Le texte insiste ainsi pour que les implications sociales et environnementales pèsent dans le choix des entreprises aux appels d’offre pour des

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly