Croissance : la richesse économique n’est plus seule à compter

  • Publié le: jeudi 29 octobre 2015

C’est en début d’année 2015 que le Conseil Economique, Social et Environnemental avait présenté une liste de critères pouvant permettre de mieux définir à l’avenir la croissance du pays. Mardi 27 octobre, le gouvernement a déposé au Parlement un rapport inspiré de cette proposition, en proposant dix nouveaux indicateurs de richesse économique, sociaux et environnementaux.

Avec ce nouveau projet du gouvernement, le but est de ne plus se fier au seul PIB pour calculer la croissance. Il s’agit d’obtenir une vision qualitative et non plus seulement quantitative de la croissance, en prenant en compte tous les aspects de la croissance du pays, à commencer par la qualité de vie de la population. Pour cela, les dix indicateurs proposés offrent une vision très large : le taux de chômage et l’inégalité des revenus s’attachent ainsi à donner un portrait fidèle des conditions de vie des français ; d’autres critères, comme le taux de sorties précoces du système scolaire, permettent d’envisager des leviers indirects de croissance, mais tout aussi importants à long terme.

Avec ces nouveaux critères sociaux, le gouvernement souhaite aussi avoir un tableau de bord clair pour mesurer l’efficacité des réformes engagées sur les sujets sociaux et environnementaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • Crédit Agricole : un prêt éco-responsable pour Prada

    Le Crédit Agricole vient de signer un prêt d’un nouveau genre avec Prada. La banque française va ainsi prêter 50 millions d’euros à la maison de luxe italienne, selon de nouveaux critères éco-responsables. Il s’agit d’un prêt d’un genre nouveau.