Un catamaran pour nettoyer le plastique des océans en 2024 ?

catamaran nettoyer plastique oceans 2024 - Social Mag
  • Publié le: vendredi 29 janvier 2021

Le navigateur Yvan Bourgnon pilote un projet visant à mettre à l’eau, à horizon 2024, un catamaran chargé de nettoyer la pollution plastique des océans. Autonome à 75% en énergie, il aura une capacité de collecte pouvant atteindre 10 000 tonnes par an. Le projet cherche de nouveaux partenaires pour boucler son budget.

Et si l’on dépolluait les océans… à la voile ? L’idée a germé dans la tête du navigateur Yvan Bourgnon et de ses équipes : construire un catamaran géant, capable de collecter chaque jour des tonnes de plastique flottant à la surface de l’eau.

Un géant des mers de 56 mètres de long, pouvant collecter jusqu’à 10 000 tonnes de plastique par jour

Dans un entretien accordé à France Info, ce 26 janvier 2021, le navigateur annonce fièrement que les études techniques sont achevées. Si le projet boucle son budget à temps, la construction pourrait commencer dès 2022, pour une mise à l’eau programmée pour 2024.

Autonome au niveau énergétique à 75%, ce géant des mers utiliserait essentiellement la voile comme moyen de propulsion. « Le bateau mesure 56 mètres de long, a une capacité de collecte de 46 mètres de large, avec notamment l’aide de tapis roulants qui font remonter les déchets du bateau et des filets à l’extérieur de bateaux qui captent aussi les plastiques. On a une capacité de collecte de 5 à 10 000 tonnes de plastiques par an », détaille Yvan Bourgnon.

La pollution plastique mondiale est estimée à plusieurs millions de tonnes par an, dont une part finit dans les océans, annonçant un total de 30 millions de tonnes de plastique dans les mers du globe en 2060. Face à cette croissance, la capacité de traitement du catamaran nettoyeur peut sembler modeste.

Face à la pollution plastique, il est temps de passer à l’action !

Mais Yvan Bourgnon est persuadé que la sensibilisation doit désormais s’accompagner d’actions concrètes, qui pourront faire naître des vocations et engager un cercle vertueux d’actions climatiques.

« Les travaux de sensibilisation, d’actions sur le terrain ne sont pas suffisants pour pouvoir éradiquer le problème. Rester les bras croisés aujourd’hui en disant que ça coûte moins cher de faire de la sensibilisation plutôt que de la collecte, ce n’est pas suffisant. (…) Il faut trouver des solutions pour ça » défend le navigateur.

Encore deux-tiers de budget à boucler pour le catamaran dépollueur

Le projet a déjà réuni un tiers de son budget de 30 millions d’euros, il doit en boucler un second tiers pour pouvoir démarrer les travaux en 2022. La construction aura lieu en Europe, avec des partenaires techniques essentiellement français, dont deux grandes écoles, Centrale Nantes et l’École Navale de Brest.

Yvan Bourgnon n’hésite donc pas à faire un appel du pied pour obtenir des financements :« On appelle toutes les grandes entreprises et même les petites à se joindre à nous, il y a déjà 50 mécènes qui nous ont fait confiance alors que le projet n’était pas certain », conclue, enthousiaste, le navigateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS