Hélène Valade choisie comme présidente de la plateforme RSE

  • Publié le: lundi 28 décembre 2015

Le 17 décembre dernier la plateforme RSE a élu sa nouvelle présidente, Hélène Valade. Assistée par deux vice-présidents (dont Pierre-Yves Chanu, son prédécesseur), elle aura la tâche de mener les travaux de l’organisation pendant son mandat de deux ans.

Depuis sa création en 2013, à l’initiative du gouvernement, la plateforme RSE est devenue un organe de travail important pour étudier les problématiques de responsabilité sociétale et en rendre compte au Premier ministre. Les priorités de travail que la nouvelle présidente devra porter ont d’ores et déjà été définies : la finance responsable, la RSE et les territoires, les enjeux environnementaux de la RSE, les chaînes de valeur et enfin la question de l’open data.

Afin de mener à bien ces missions, Hélène Valade pourra compter sur la participation des différents acteurs et organisations qui composent la plateforme RSE (représentants d’entreprises, de syndicats, d’ONG…). L’élection d’une personnalité issue du secteur privé à la tête de la plateforme RSE s’inscrit d’ailleurs dans la logique de la mission de cette instance qui a pour vocation de faire travailler en cohérence le secteur public avec le monde de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly