Les entreprises exhortent les gouvernements à exiger des divulgations sur la nature

  • Publié le: vendredi 28 octobre 2022

Plus de 330 entreprises ont exhorté les dirigeants mondiaux à obliger les grandes entreprises à évaluer et à divulguer leur impact sur la nature d’ici 2030, avant les pourparlers mondiaux de la COP15 sur la biodiversité de décembre.

Les signataires de la COP15 Business Statement, qui ont combiné des revenus annuels de plus de 1 500 milliards de dollars, ont déclaré que le monde devait aller plus loin que des déclarations volontaires.

« L’amélioration de la santé de notre planète nécessite une action audacieuse et décisive de la part des décideurs politiques et des entreprises. Certains progrès ont été réalisés, mais ce n’est pas suffisant« , a déclaré Rebecca Marmot, responsable du développement durable chez Unilever.

Alors que les régulateurs ont fait pression pour des rapports plus rigoureux sur l’impact environnemental des entreprises et leurs efforts pour lutter contre le changement climatique, l’impact plus large sur la nature et la biodiversité n’a pas encore fait l’objet d’un examen similaire.

Les pourparlers de la COP15 de Montréal verront les pays tenter de se mettre d’accord sur un nouveau cadre mondial pour la biodiversité afin de lutter contre la crise qui menace d’extinction plus d’un million d’espèces végétales et animales.

« L’évaluation et la divulgation sont une première étape essentielle pour générer des actions, mais elles n’auront d’impact que si elles sont rendues obligatoires« , ont déclaré les 330 entreprises dans leur communiqué.

Unilever, par exemple, a déclaré qu’il s’était engagé à mettre en place une chaîne d’approvisionnement sans déforestation d’ici 2023, ce qui implique que son huile de palme, ses papiers et cartons, son thé, son soja et son cacao ne proviendront pas de zones où les écosystèmes naturels ont été convertis en terres agricoles.

Jusqu’à présent, cependant, les règles sont largement volontaires, ce qui signifie que de nombreuses entreprises ne font pas de rapport, ou le font de manière inégale, ce qui peut rendre difficile pour les investisseurs et les autres parties prenantes de comparer et d’évaluer leur impact sur la planète et de les obliger à rendre des comptes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE : une priorité pour les entreprises

    Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui accompagnent leurs activités. C’est pourquoi nombre d’entre elles articulent leur politique autour de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) afin de contribuer aux enjeux du développement

le Coin ESS