Sénégal : le président Macky Sall s’engage pour la protection des océans

  • Publié le: lundi 28 octobre 2019

A Oslo, le Sénégal confirme et élargit ses engagements en faveur de l’environnement. « Nous devons prendre des mesures fortes pour protéger l’océan, ressource essentielle à la survie de l’espèce humaine », a notamment affirmé Macky Sall, le chef de l’Etat dans le cadre de la conférence « Our Ocean ».

C’est afin de présider une conférence sur le thème « Faire face aux défis – Agir contre le changement climatique » que Macy Sall s’est rendu à Oslo cette semaine. La capitale norvégienne a accueilli en effet, les 23 et 24 octobre, la sixième conférence internationale « Our Ocean », dont l’objectif est de souligner l’importance des connaissances scientifiques comme fondement des actions et politiques pour assurer la protection des océans.

Essentiels à la vie sur la planète, les océans sont menacés par les effets du changement climatique, la surpêche, la pollution et la diminution de la biodiversité. Face à ce constat, « Our Ocean » a réuni 500 représentants de gouvernements, d’entreprises, de la société civile et d’institutions de recherche pour « partager leur expérience, identifier des solutions et s’engager à agir pour des océans propres, sains et productifs ». Alors que les océans fournissent de la nourriture, des emplois, de l’énergie et des routes à l’humanité tout en l’aidant à réguler le climat et à produire de l’oxygène, la conférence « Our Ocean » encourage ses participants à prendre des engagements volontaires, mesurables et assortis d’un calendrier clair.

Cette année, les gouvernements belge, chilien, pakistanais et sri-lankais, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), le Marine Conservation Institute, l’Administration des parcs nationaux d’Argentine, l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) ou encore la Sustainable Seas Trust se sont engagés dans la défense des aires marines protégées, la lutte contre le changement climatique et la pollution marine, la sécurité maritime, la pêche soutenable et l’économie bleue durable.

Macky Sall en force

En pleine « révolution écologique », le Sénégal souhaite s’inscrire dans la lignée de 2016, lorsqu’il avait pris deux engagements forts dans le cadre de la troisième édition de la conférence, qui s’était tenue à Washington.

En matière de promotion de la pêche durable, le pays de la Teranga s’était engagé à mettre en place un programme d’immersion de récifs artificiels de 120 millions de dollars. Son objectif était de restaurer les zones marines dégradées et de réhabiliter le secteur de la pêche.

Le pays avait également pris des engagements importants en matière de lutte contre la pollution marine. Alors que plus de 200 000 tonnes de déchets plastiques sont produites chaque année sur son sol, le Sénégal a décidé d’interdire la production, l’importation, la possession, la distribution ou l’utilisation de sacs plastiques d’une épaisseur inférieure à 0,03mm.

Le pays de Macky Sall compte poursuivre sur la même lancée, qui s’inscrit tout droit dans l’ambitieuse stratégie environnementale du gouvernement. Le chef de l’Etat est en effet résolu à « bâtir un Sénégal vert ». Ainsi, il s’est engagé à reboiser 817 500 hectares dans le cadre de la construction de la Grande muraille verte (GMV).

Développée par l’Union africaine, cette initiative vise à créer une mosaïque d’écosystèmes verts et productifs en Afrique du Nord, au Sahel et dans la Corne de l’Afrique. Au Sénégal, la muraille mesure 545 km de long sur 15 km de large. Le reboisement devrait permettre une amélioration de la biodiversité et la création de bassins de rétention des eaux pluviales pour l’abreuvement du bétail.

Croissance inclusive et protection de l’environnement

 

Macky Sall souhaite également accélérer l’abandon du modèle agricole productiviste (qui contribue à hauteur de 37 % aux émissions de gaz à effet de serre) au profit d’un système de production plus durable et respectueux des équilibres des écosystèmes.

Les objectifs du Sénégal en matière agricole ont été salués par la communauté internationale. Si la FAO l’a désigné pays pilote dans la mise en place d’un projet de « mise à l’échelle supérieure de l’agroécologie », la CEDEAO l’a sélectionné pour participer au Programme d’appui à la transition agroécologique d’Afrique de l’Ouest.

Le gouvernement sénégalais œuvre également afin d’améliorer la gestion de l’eau. Un « Projet de valorisation des eaux pour le développement des chaînes de valeur » (Provale-CV) a été mis en place afin d’augmenter les productions agricoles, les emplois et les revenus en milieu rural grâce à la mobilisation des eaux de surface et des eaux souterraines.

Toutes ces mesures visent à favoriser la croissance économique tout en protégeant l’environnement et en favorisant l’inclusion sociale. Deux enjeux qui furent au cœur des discussions de la nouvelle édition de la conférence « Our Ocean ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le congé parental commence à s’imposer

    Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à déployer le principe de congé parental généralisé aux deux parents. Une initiative qui prend de l’avance sur les dispositions légales, et qui vise à favoriser l’égalité hommes-femmes en entreprise. En

le Coin ESS

  • 10 milliards de dollars pour le Fonds Vert

    Malgré le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris, le Fonds Vert mis en place pour financer la transition énergétique mondiale aura bien la somme promise. Il sera doté de près de dix milliards de dollars. “Objectif atteint ! Grâce