L’Université américaine de Harvard veut réparer les erreurs de l’esclavage

  • Publié le: jeudi 28 avril 2022

L’Université de Harvard réserve 100 millions de dollars combler les écarts éducatifs, sociaux et économiques hérités de l’esclavage et du racisme, selon un e-mail que le président de l’université a envoyé à tous les étudiants, professeurs et membres du personnel.

L’e-mail du président de Harvard, Lawrence Bacow, comprenait un lien vers un rapport de 100 pages rédigé par un comité de 14 membres de son université sur Harvard et l’héritage de l’esclavage.

La décision de l’université américaine intervient au milieu d’une conversation plus large sur les impacts de siècles d’esclavage, de discrimination et de racisme.

Le rapport présente une histoire des esclaves travaillant sur le campus et de la façon dont l’université a bénéficié de la traite des esclaves et des industries liées à l’esclavage après son interdiction dans l’Etat du Massachusetts, où se situe la célèbre université, en 1783 – 147 ans après sa fondation. Le rapport documente également le fait que Harvard excluait les étudiants noirs et que ses étudiants prônaient le racisme.

Alors que Harvard comptait des personnalités notables parmi les abolitionnistes et dans le mouvement des droits civiques, le rapport indique que « la plus ancienne institution d’enseignement supérieur du pays … a contribué à perpétuer l’oppression et l’exploitation raciales de l’époque ».

Les auteurs du rapport ont recommandé d’offrir aux descendants de personnes réduites en esclavage à Harvard un soutien éducatif afin qu’ils « puissent retrouver leur histoire, raconter leur histoire et poursuivre des connaissances habilitantes ».

L’esclavage inscrit dans l’histoire américaine

D’autres recommandations incluaient que des programmes d’été permettent d’intégrer des étudiants et des professeurs de collèges et d’universités historiquement noirs sous-financés depuis longtemps.

Dans son e-mail, le président de Harvard, Lawrence Bacow, a déclaré qu’un comité explorerait la transformation des recommandations en actions et qu’un conseil d’administration de l’université avait autorisé 100 millions de dollars pour la mise en œuvre, une partie des fonds étant détenue dans une dotation.

« L’esclavage et son héritage font partie de la vie américaine depuis plus de 400 ans« , a écrit le président. « Le travail visant à remédier davantage à ses effets persistants nécessitera nos efforts soutenus et ambitieux pour les années à venir. »

D’autres établissements d’enseignement supérieur américains ont créé des fonds ces dernières années pour lutter contre l’héritage de l’esclavage. Une loi promulguée en Virginie l’année dernière oblige cinq universités publiques d’État à créer des bourses pour les descendants de personnes réduites en esclavage par les institutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS