Quitter ou ne pas quitter Facebook ? Après le scandale Cambridge Analytica, le mouvement « delete Facebook » se met en place

  • Publié le: mardi 27 mars 2018

Un vent de colère et de révolte souffle sur le web. Après les révélations sur la polémique Cambridge Analytica, de plus en plus d’utilisateurs déclarent vouloir quitter Facebook.

Facebook a eu tout faux en vendant ses données à la compagnie Cambridge Analytica. En bafouant la confiance de ses utilisateurs, ces derniers se sont sentis dupés. Surtout que les données siphonnées auprès de 50 millions d’utilisateurs auraient servi à les manipuler au moment de l’élection présidentielle américaine de 2016.

Depuis que l’affaire a éclaté, le nombre de recherches ayant trait à la suppression d’un compte Facebok est monté en flèche. Brian Acton (cofondateur de WhatsApp, qui a depuis été racheté par Facebook) a lui-même fait appel au boycott du réseau social via son compte Twitter. Le mouvement « delete Facebook » qui s’en est suivi ne devrait cependant pas inquiéter Facebook et ses 2,1 milliards d’utilisateurs.

Même s’il ne s’agit pas du premier appel à quitter Facebook qui est lancé, le New York Times notre malgré tout que la réaction des utilisateurs du réseau social est « inhabituellement forte ».

L’ère de la « digital détox » est en marche

Mais en dehors du scandale, n’est-ce pas tout simplement une tendance générale à la déconnexion qui s’opère ?

Selon une étude danoise publiée en 2015, la vie serait plus belle sans les réseaux sociaux. Ainsi, parmi les 1095 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 88% d’entre ceux qui ont été privés de Facebook pendant une semaine se sont déclarés heureux. Le résultat a été ramené à 81% pour les autres.

A l’inverse, 33% des sondés ayant continué à utiliser le réseau social se sont déclarés déprimés, contre 22% de ceux qui l’ont supprimé.

L’addiction aux réseaux sociaux, qui consiste à distribuer des clics et à multiplier les mentions « j’aime » a même sa journée. Elle est fêtée le 28 février. En France, nous passons en moyenne 1h23 par jour à « discuter » via réseau interposé.

Alors la « digital détox » se met en place. Des agences de voyage se sont d’ailleurs spécialisées sur ce créneau. L’agence « Into the Tribe » propose des offres de « digital détox » à son catalogue. En France, en Gironde ou en Bretagne, des stages sont organisés pour se reconnecter avec la nature, grâce notamment au yoga et la méditation. Et les clients sont de plus en plus nombreux à s’y presser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • Un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris

    Afin de sensibiliser la population à la nécessité de l’investissement responsable, une association a installé une reproduction d’un ours polaire famélique devant la Bourse de Paris.  L’ours polaire, devenu le symbole du dérèglement climatique suite à la diffusion d’une image