Le mouvement croissant anti-Black Friday rejette la surconsommation et les achats de vacances non durables

  • Publié le: vendredi 26 novembre 2021

Les consommateurs sont de plus en plus enclins à acheter auprès de marques qui correspondent à leurs croyances et valeurs ; et le mouvement « anti-Black Friday » est un indicateur important de l’abîme croissant entre les marques axées sur les objectifs et celles qui misent encore sur des statu quo.

Le Black Friday est une célébration sans vergogne du consumérisme, et la plupart des entreprises sont toujours heureuses de profiter de cette hystérie. La fête officieuse est tristement célèbre pour avoir fomenté des hordes de consommateurs désireux de se jeter les uns les autres sur des produits à prix très réduits – une frénésie qui engendre des revenus pour les détaillants mais qui à un coût élevé pour la société et l’environnement.

L’année dernière au Royaume-Uni, on estime que le Black Friday a produit près de 430 000 tonnes métriques d’émissions, soit l’équivalent de 435 vols aller-retour de Londres à New York. Et un rapport de la Green Alliance de 2019 a révélé que 80% de tout ce qui était acheté pendant le Black Friday finissait par être jeté peu de temps après l’achat.

Les origines de l’anti black friday

Mais les consommateurs sont de plus en plus conscients que les marques sont en grande partie responsables de la perpétuation des problèmes sociaux et environnementaux, et 86% des consommateurs pensent que les entreprises doivent faire leur part pour résoudre les défis environnementaux et sociaux. Une étude de 2020 de GlobeScan a suggéré une propension croissante des consommateurs à acheter moins de choses – ou du moins à réfléchir plus attentivement avant de faire des achats, y compris une préférence croissante pour choisir des produits qui durent plus longtemps – et un désir correspondant de soutenir les marques qui les aident à adopter des modes de vie plus durables et comportements d’achat.

Chaque année, de plus en plus de marques choisissent de renoncer au jour historiquement le plus lucratif de l’exercice, encourageant plutôt leurs clients à être plus attentifs à leurs comportements d’achat, voire à ne pas acheter du tout avec eux. C’est le mouvement anti-Black Friday.

La révolution contre le Black Friday a officiellement commencé en 2011. Patagonia a acheté une annonce pleine page dans le New York Times, présentant une photo d’une toison avec les mots « N’achetez pas cette veste ».

Cette action a permis à Patagonia et d’autres marques qui lui ont emboité le pas, de se sont distinguer des autres et ont suscité l’attention des clients.

Changer l’expérience client

Les clients sont de plus en plus enclins à acheter auprès de marques qui correspondent à leurs convictions et leurs valeurs ; et le mouvement anti-Black Friday est un indicateur important de l’abîme croissant entre les marques axées sur les objectifs et celles qui misent encore sur des approches de statu quo.

L’année dernière, la pandémie de coronavirus a pratiquement stoppé les achats en magasin, se reportant sur les ventes en ligne.

Les changements de 2020 seront très probablement confirmés en 2021, et probablement au-delà. Comme Jill Standish, directrice générale principale d’Accenture, l’a déclaré dans un récent rapport : « La popularité décroissante du Black Friday, associée au fait que les consommateurs commencent tôt leurs achats des Fêtes, signifie que les détaillants et les marques doivent impliquer les consommateurs tout au long de la saison. »

La domination du Black Friday est peut-être en train de diminuer, mais les gens prévoient de dépenser plus pour les achats des Fêtes en 2021 qu’ils ne l’ont fait l’année dernière. La consommation globale ne diminue en aucun cas, mais se redistribue. Les marques, suivant les conseils d’Accenture, « engagent » leurs clients tout au long de la saison avec des ventes prolongées sur des semaines et des mois plutôt que des ventes d’une journée ou d’un week-end.

Pour d’autres marques, engager les clients signifie aller à l’encontre de la tradition du Black Friday et trouver de nouvelles façons d’engager les clients par le biais d’achats, de dons et de circularité ciblés.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • La RSE : une priorité pour les entreprises

    Les entreprises ne peuvent plus ignorer les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui accompagnent leurs activités. C’est pourquoi nombre d’entre elles articulent leur politique autour de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) afin de contribuer aux enjeux du développement

le Coin ESS