Wayz-up : le covoiturage du quotidien

  • Publié le: jeudi 26 novembre 2015

Avec une durée moyenne de 50 minutes, le trajet domicile-travail est un facteur de fatigue et de stress pour beaucoup de salariés. Pour simplifier les choses, Wayz-up propose aux salariés d’adopter le covoiturage pour leurs trajets quotidiens : une alternative pratique et économique.

Les alternatives à la voiture existent, mais elles ne sont pas sans lacunes : le vélo ne convient pas aux longues distances ; certaines zones sont mal desservies par les transports en commun ; et les entreprises n’ont pas toujours de navettes de transport. Wayz-up a ouvert un service à la fois pratique, économique et écologique : le covoiturage pour se rendre au travail. Plusieurs avantages : le covoitureur ne paie que son trajet, c’est l’entreprise qui paie une commission à Wayz-up. Les trajets sont définis sur une carte, et le covoitureur choisit le véhicule qui passe par son itinéraire. Un système d’alerte permet aussi de s’adapter aux horaires des salariés.

Avec déjà plus de 10 000 covoiturages enregistrés, le service est un succès. Dans les zones d’activités mal desservies, il peut même faciliter le recrutement de nouveaux collaborateurs, rassurés de ne pas avoir à se poser la question du transport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Le Crédit Agricole s’engage pour les droits humains

    Le 31 juillet dernier, le groupe Crédit Agricole a signé un accord-cadre international avec UNI Global Union. Cet accord vise à renforcer les engagements du groupe en ce qui concerne le respect et la défense des droits humains, mais aussi

le Coin ESS

  • La finance durable s’invite dans les discussions du G7

    Alors que la France assure la présidence du G7, un nouveau sujet fait son apparition dans les débats : la finance durable. Le gouvernement français souhaite l’inscrire à l’ordre du jour. Le but : rendre le capitalisme plus durable. Chantilly